ACTUALITé - CULTURE

MUSIQUE - Bèlè ka vwayajé

France-Antilles Martinique 10.01.2018

0RÉAGIR

Bèlè ka vwayajé

Niko Gernet et son groupe Ixora seront en concert, jeudi à l'Atrium, dans le cadre des « Jédi misik » . Une belle occasion d'écouter du bèlè moderne...

Niko Gernet est « tombé » dans le bèlè dans les années 1970 alors qu'il était élève au lycée Schoelcher : « Il y avait à cette époque une vraie conscience politique des étudiants! Nous prônions le retour aux sources, le retour à nos valeurs fondamentales. D'un autre coté, j'habitais Rive droite où le bèlè prenait de l'ampleur. C'était certes une musique un peu désuète à l'époque, mais nous la voyions aussi comme une racine fondamentale de notre pays » .
Puis ce fut la révélation avec un spectacle sur la Savane du Grand ballet de Martinique. « Suzon Sainte-Rose et mon frère Christian Gernet avaient fait une démonstration époustouflante de bèlè! Nous ne pouvions qu'apprécier. Ils donnaient à voir ce que nous étions vraiment aux familles venues nombreuses les admirer et découvrir leur travail sur la Savane » .
Enfin, un vrai coup de coeur pour « Fleur créole » de Ti'Emile. La musique de ce talentueux musicien acheva de convaincre celui qui créera plus tard Tanbou bô kannal. « Après cela, ma route était toute tracée : il était inscrit que je serai musicien bèlè... »
Instituteur de profession, Niko Gernet a pris sa retraite à l'âge de 55 ans pour se consacrer uniquement à la musique. « Ça a toujours été mon univers, ma passion, ma vie. Etre instituteur m'a permis de partir à la retraite à 55 ans et de profiter pleinement du bèlè! Tant que l'on a une activité, on ne peut vivre sa passion à 100% ... »
Le groupe Ixora est né officiellement en 2012, même si les répétitions avaient commencé depuis 2011. « C'était le jour de mes 56 ans, le 18 avril 2016... Un beau cadeau! »
DONNER DE NOUVELLES TEINTES AU BÈLÈ
Un groupe qui s'est donné la mission de faire évoluer le bèlè, de « lui donner de nouvelles teintes, pas de le révolutionner! » Niko Gernet insiste : « Nous restons dans les bases du bèlè, nous utilisons juste des instruments non-habituels pour le bèlè. C'est une façon de le faire écouter par différentes catégories de personnes. Il y a le bèlè traditionnel et le bèlè moderne qui apporte d'autres supporters à cette musique ancestrale » .
Et Ixora va démultiplier les influences « sans faire du bèlè fusion! Nous restons toujours dans les bases » . Ils s'allieront à des chanteurs de rap, de dancehall, de reggae aussi pour donner des couleurs différentes à leur musique.
Concernant le spectacle de jeudi soir à l'Atrium, le groupe promet un spectacle de 2 heures avec 12 musiciens sur scène et 4 danseuses dont une toute jeune fille pour la relève!
Les spectateurs entendront les 10 morceaux du CD paru en 2015 « Ixora rivè » . Aussi des nouveaux morceaux qui annoncent un prochain CD.
Mais attention, ceux qui connaissent bien la musique du groupe risque fort d'être surpris car Ixora a évolué, a de nouveaux musiciens et donc de nouvelles tonalités. Niko Gernet sourit : « C'est étonnant comment notre musique a évolué! Notre bèlè a voyagé et s'est enrichi de toutes les influences du monde... »
Rendez-vous est donc donné demain soir à l'Atrium pour un spectacle haut en couleurs et en sonorités nouvelles.
- Jédi Misik de la scène nationale avec Niko Gernet pour « Bèlè ka vwayajé » /Jeudi 11 janvier à l'Atrium, à 20 heures/ Contacts : 0596.60.78.78 ou 0596.70.79.29 Tarif : 25 euros
Distribution
Chants et percussions : Niko Gernet
Choeurs : Fabienne Bazabas, Jessica Joly et Louisette Atouillant
Guitare : Jerry Spartacus
Basse : Valéry Stéphanie-Victoire
Claviers : Léo Lancry
Trompette : Charles Duranty
Saxophone : Serge Vert-Prè
trombone : Raymond Mazarin
Danseuses : Linda sainte-Rose et Elsa Jean-Alphonse
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION