0RÉAGIR

ACTUALITé - CULTURE

Jouez donc en créole!

Photos Philippe Bourgade France-Antilles Martinique 05.10.2017
Patrick le Mauff, le metteur en scène (deuxième en partant de la droite), entouré des quatre comédiens. (Philippe Bourgade)

La scène nationale présente sa première pièce de théâtre de l'année « Pou an wi ou pou an non » sur une mise en scène de Patrick le Mauff, avec Guillaume Malasné et Alex Donote.

Une véritable joute verbale, en créole, entre deux amis de longue date. (Philippe Bourgade)
L'histoire de cette pièce commence il y a quelques années déjà quand Patrick le Mauff, le metteur en scène, et Hassane Kouyaté (par ailleurs directeur de Tropiques- Atrium) se rencontrent à Genève, en Suisse. Ils décident de monter ensemble le texte de Nathalie Sarraute. Hassane Kouyaté sera sur les planches.
Le projet traîne un peu. L'acteur obtient le poste de directeur de la scène nationale et arrive en Martinique. Il garde néanmoins dans sa mémoire le projet théâtral. Il invite alors Patrick le Mauff à l'Atrium. Le metteur en scène découvrant le pays et sa langue... décide de jouer la pièce de Sarraute en créole. Il fait traduire le texte, cherche des acteurs. Le résultat est à voir dès ce soir sur la scène de la petite salle du centre culturel.
« AVEC LE CRÉOLE, UN CONTACT PLUS VRAI »
Pourquoi jouer la pièce en créole ? Patrick le Mauff sourit : « Parce qu'en découvrant la Martinique, j'ai aussi découvert le créole... J'ai assisté à plusieurs pièces, et je me suis rendu compte que lorsqu'il y avait du créole, la salle réagissait différemment. Il se passait quelque chose entre les acteurs et le public. Un contact spécial, plus profond, plus vrai. J'ai donc décidé de proposer le texte en créole mais je l'ai fait surtitrer pour que tous puissent le suivre! »
Et de poursuivre : « J'aime l'idée de donner un grand texte de la littérature française en créole. C'est comme traduire Shakespeare en français! Ça apporte une autre dimension, une autre compréhension, c'est toujours très intéressant. D'autant plus que la langue créole est très imagée. »
Et le metteur en scène de conclure : « Nous avons également touché du doigt combien les traductions sont toujours difficiles. Il faut se rapprocher le plus possible du texte d'origine tout en rentrant dans la langue de la traduction. J'ai découvert par exemple, combien il était difficile de traduire bonheur en créole... »
- « Pou an wi ou pou an non » pour la scène nationale, les jeudi 5 et vendredi 6 octobre à 19 h 30 à l'Atrium, à Fort-de-France, le mardi 10 octobre à 19 h à la salle des fêtes du François - Surtitré en français - Tarif : 25 euros à l'Atrium (la séance au François est gratuite) - Contacts : 0596.60.78.78. ou 0596.70.79.29.
L'histoire
Deux amis de longue date se sont éloignés. La cause ? Elle demeure incertaine, basée apparemment sur des signes dialectiques de conversation! En particulier, une certaine façon qu'aurait eue l'un de prononcer « C'est bien ça » , avec un ton condescendant, alors que son ami se vantait d'une réussite personnelle. Les deux personnages se lancent alors dans une véritable joute verbale.
Distribution
Mise en scène : Patrick le Mauff et Astrid Mercier
Avec : Guillaume Malasné, Alex Donote, Lucette Salibur et Néofana Valentine
Lumière : Marc-Olivier René
Adaptation en créole : Bernard Lagier

0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION