0RÉAGIR

ACTUALITé - DIAPORAMAS

Luther François et les autres…

Autour de lui, Montredon, Girondin, Bouchard, J.Bernard ... Ceux qui l'ont inspiré et dont il a été l'interprète toute sa vie, Duke, Monk, Mingus, Coltrane… Il nous proposait jeudi soir au théâtre municipal, ses propres compositions, une couleur musicale à la fois nourrie et libérée de ses multiples influences… éclairées par la danse, le chant, la poésie avec Antourel, Varasse, Rangoli (Papa Slam) et Nènètto.



D'une voix empreinte d'humilité, à l'image du personnage, Luther nous invite à un voyage dans l'improvisation qu'il définit comme l'essence du jazz… Musicien expérimenté, sa maîtrise de l'instrument peut l'emmener à ce lâcher prise qui révèle alors la profondeur et l'intensité de l'affect.
Luther François nous a emmenés dans un voyage entre balade subtile à la flûte et un final free-jazz délirant. Entre ces deux moments, le voyage passera par les découvertes des compositions du saxophoniste et la compagnie de Coltrane, Monk…De Duke Ellington, Luther dira: « Duke affirmait que le jazz était né dans les West-Indies… »
Parmi les compositions qu'il nous offre à découvrir, "Catch up" évoque une femme qui s'en va et l'envie de la" rattraper"..  Le saxophoniste nous donne à entendre l'espoir, à voir les images de sensualité. Montredon, vif, incisif, ses baguettes prennent l'envol et deviennent le prolongement de son corps, traduisent la souffrance de l'abandon, les tractations, la fougue…Le contrebassiste Jean-Pierre Girondin, concentré, sous-tend cette vague d'émotion ...Luther aime illustrer chaque interprétation d'une anecdote; ainsi, une composition de 2003 pour quelqu'un de "très spécial" en la personne de Mylène B qui enrichissait par sa voix ce titre..  Autre composition "Blues Storm", écrite en 2006, inspirée des conséquences de l'ouragan dévastateur Katrina ...De temps à autre, l'apparition de Josiane Antourel délicate, gestuelle précieuse, entre mime Marceau et libellule se pose et entre en osmose successivement avec les notes de chaque musicien.
En abordant "I want to talk about you", Luther précise: "Ce titre a été repris par Coltrane" mais il a été créé à l'origine par Billy Eckstine. Rendre à César…Luther aime le jazz et aime partager son histoire…

PRISE DE CONSCIENCE ET DE VOLONTÉ POLITIQUE
On a assisté jeudi à est un très bel "Work in progress". Le final aura une résonnance particulière avec l'interprétation de Thelonious Monk "Just you, just me". Luther et Maurice, magnifiques,au saxophone, Jean-Claude à la batterie, Alfred Varasse au tambour, Nènètto au chant, Jacky Bernard au piano, Jean-Pierre Girondin à la contrebasse, Josiane Antourel improvisant dans l'espace dont elle dispose et la parole de Christophe Rangoli emportée dans un free-jazz frénétique ont produit un final plutôt exceptionnel, conclu par l'ovation d'un public debout!
 Des artistes tels Josiane Antourel, Maurice Bouchard ou Jean-Claude Montredon ont souvent expérimenté le genre, "Musique, danse, théâtre…". C'était semble-t-il une première pour Luther François qui déclarait " la danse, la poésie, parlent de la musique; elles devraient faire partie du concert"…Mais il faut le temps de la création, des répétitions, de la mise en scène….Ce sont des heures et des heures de travail qu'il faudrait financer. Nous avons des artistes qui peuvent s'exporter à l'international, il suffirait de peu de chose, en premier lieu, une véritable prise de conscience et de volonté politique.

0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION