11RÉAGIR

ACTUALITé - DIAPORAMAS

Sargasses : une vraie calamité !

Photos DR, P.So et ville du Robert franceantilles.fr 05.06.2018

Alors que Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire, est attendu aux Antilles à partir de ce dimanche, de nouvelles invasions ont eu lieu hier et aujourd'hui (4 et 5 juin) sur nos côtes. Les images attestent de l'ampleur colossale du fléau.

Nous annoncions de nouvelles invasions dans notre édition de lundi. Depuis la semaine dernière, même si elles n'ont pas véritablement cessé, les arrivées de sargasses portées par les courants venus du sud-est ont repris de plus belle. Ce lundi (4 juin) et encore ce mardi, plusieurs communes ont subi des échouages massifs et assez exceptionnels (lire aussi l'édition de ce mercredi 6 juin).
C'est le cas notamment au Robert, à Sainte-Marie ou encore au Marigot. Les communes de Sainte-Anne (particulièrement le flanc sud-est) mais également du Diamant, du François, du Vauclin ou de La Trinité sont également impactées (voir notre carte réactualisée au 1er juin). Plus généralement, c'est toute la côte est de la Martinique, du nord au sud, qui est touchée, causant d'importants désagréments aux riverains des zones concernées. Outre les odeurs incommodantes qui causent des céphalées, les émanations d'ammoniaque et d'hydrogène sulfuré provoquent aussi des dégâts matériels conséquents sur les équipements ménagers.

Visite attendue et annonces espérées
La semaine dernière, des agents de la Chambre de Commerce et d'Industrie de la Martinique sont allés à la rencontre des entreprises situées sur les 9 communes les plus touchées par les sargasses (Marigot, Sainte-Marie, Trinité, Robert, François, Vauclin, Sainte-Anne, Sainte-Luce et Diamant). Elles auraient déclaré un préjudice d'au moins 1,5 million d'euros.
Dans ce contexte, la venue de Nicolas Hulot aux Antilles, le ministre de la transition écologique et solidaire, les 10 et 11 juin prochains, est fortement attendue, avoir l'espoir d'annonces pour un plan à long terme.
À ce jour, selon Franck Robine, le préfet de Martinique, une centaine de personnes et 35 engins sont mobilisés pour le ramassage quotidien. « Cela a coûté 1,6 million d'euro en mars et avril », indique la préfecture.

11
VOS COMMENTAIRES
  • nolorAdidi ou Adidi - 09.06.2018
    "Assistanat encore et toujours"
    @ zakari que de similitude entre nos deux îles on dirait que c la Gwada, mm mentalité...
    Menm biten menm bagay, ou pé disa !
    kip !!
  • Frigorifiée - 08.06.2018
    Malheureuse de lire certains posts
    Si j'ai bien tout compris, les sargasses c'est juste une petite histoire de rien du tout, et le préfet a raison d'établir un plan sargasses pour le Robert, comprenant juste 2 pelles.
    Avec une telle mentalité, il ne faut pas s'étonner qu'on y soit encore dans 20 ans.
    Tous les martiniquais quitteraient travail, écoles, les retraités également et comme ça le problème serait vite réglé.
    Pourtant quand je regarde ce qui s'est passé en Bretagne, je comprends qu'il y a des problèmes dont l'ampleur dépasse les moyens d'une petite collectivité, et qui doivent être gérés par l'Etat.
    Mais effectivement, si l'urgence c'était le 22 mai, il y a juste une question de priorité à établir.
    J'espère en tous cas que Hulot prendra la véritable mesure du problème.
    La Martinique est une région française au même titre que la Bretagne : aux mêmes maux, les mêmes remèdes.
  • zakari - 07.06.2018
    @Alix
    BRAVO ALIX !
    Il faut également savoir que lorsqu'on organise des commémorations par une marche pour la "réparation", c'est pour mieux faire croire que notre incapacité à régler nos problèmes par nous mêmes aujourd'hui a pour genèse notre passé douloureux.
    Notre intégration que l'on présentait comme la condition sinequanone au développement de l'île était une lubie comme c'est souvent le cas.
    Comme j'ai déjà expliqué à maintes reprises, Saint Barthélémy qui ne reçoit quasiment pas de subventions de la France puisqu'elle est autonome de plein droit, elle ne reçoit pas de subventions de l'UE puisqu'elle a demandé de sortir de l'UE, finance pourtant elle-même le ramassage des algues en payant une entreprise privée.
    On installe dans l'île une mentalité des ONG et de la main tendue afin d'infantiliser la population et ainsi rester au pouvoir à vie.
  • paindoux - 07.06.2018
    TOUTE LA CARAIBE
    Le ministre est bien obligé de venir constater avant toute décision française, européenne et caraibéenne
  • alix - 06.06.2018
    Va-t-il, tel un personnage biblique, d'un geste de la main, faire reculer les algues toxiques ???!!!!
    Franchement, il va falloir arrêter de penser et faire croire qu'une personne, tout ministre soit-elle, est la solution à tous nos problèmes !!! On en arrive à se demander si nous avons réellement un cerveau capable d'autre chose que de tendre la main pour l'obole ?!!!!!
    Ce phénomène est un phénomène récent, qui concerne toute la Caraïbe !! On nous a assez emm..... avec l'entrée de la Martinique dans les institutions régionales ! Ah, c'était juste pour aller faire son intéressant aux côtés de chefs d'Etat, puis retourner pleurer dans le gilet de "l'Etat Français" à la moindre difficulté ? Qui a entendu une idée originale pour tenter de résoudre ce problème ? Les filets c'est déjà une bonne première initiative, mais ça ne résoudra pas le problème.... et les populations exposées ? Avant même de les mettre à l'abri, on pense déjà à indemnisation ! (certains avocats martiniquais ont trop regardé les séries américaines et espèrent des millions à la clef ....)
    Marre des pleurnichards ! Au boulot !
  • nature - 06.06.2018
    Visite de ministre
    Celà me rappelle la "belle époque" de l'exclusivité de RFO : quand un ministre pointait son nez : les programmes changeaient sans prévenir et au lieu du feuilleton débilitant, nous avions droit à un "bon" film...au mépris des autochtones.
    Hulot bouges toi, parce qu'on dirait que tu ne sert que de caution !
  • bison - 06.06.2018
    Frontière maritime
    Il faudra faire le mur de l'atlantique au large du Brésil, car c'est eux les responsables, et nous indirectement en mangeant la viande de leur élevage florissant !!!!
  • BIGRE - 06.06.2018
    En Martinique il n'est pas normal que des élus, des responsables, des agents de l'état, de la fonction publique et autres commentent des infractions, des délits, certains crimes et ne sont jamais inquiéter par la justice française et par le pouvoir des autorités françaises à Paris !!!
    Oui des abus de conflits d'intérêts, des détournements de fonds publics, des fraudes, des escroqueries, des vols sont commis régulièrement en Martinique.
    Alors changeons la donne.
    Stop et fin aux magouilles, aux gaspillage de l'argent public des français.
    Que tous citoyens martiniquais respectent les lois françaises et la réglementation française en vigueur.!!!
    Bon courage !
  • kapassé - 06.06.2018
    sargasses la venue de nicolas HULOT
    Pourquoi pas utiliser les prisonniers de petites peines, non dangereux
    Afin de ramasser les sargasses il faut aussi posséder au séchage rapide des sargasses avant de les stockés dans la nature afin de diminuer les odeurs
  • zakari - 06.06.2018
    ASSISTANAT ENCORE ET TOUJOURS
    L'état, le gouvernement, la France, indemnisation ?
    St Barth qui est autonome finance lui même le ramassage des algues.
    La Grenade, St-Lucie, la Dominique etc.. qui sont indépendant n'attendent sur personne.
    Dans une île ou l'on vote à 80% pour des partis politiques qui réclament l'expulsion de la France en Martinique, comment peut-on être aussi contradictoire ?
    Après on crie au racisme lorsque l'on nous traite de moins que rien.
12

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION