ACTUALITé - DIVERS

BELLEFONTAINE - LPO : la classe de première S sera maintenue

France-Antilles Martinique 06.03.2018
J.-M.M.

0RÉAGIR

LPO : la classe de première S sera maintenue
Dès le mardi 27 février, les enseignants se sont mobilisés. (Photo archives J.-M.M./France-Antilles)

Avec comme intermédiaire le chef d'établissement du lycée polyvalent de Bellefontaine, le dialogue a repris samedi entre les grévistes et le rectorat. Il a permis d'aboutir à une première « victoire » , hier : le maintien de la classe de première S.

En grève, depuis le 27 février dernier, contre la suppression de la classe de première S à la rentrée prochaine, et la transformation du CAP pâtisserie en bac pro pâtisserie et boulangerie, les enseignants du lycée polyvalent de Bellefontaine, soutenus par l'intersyndicale Snes, SNETAA-FO, par les élus du Nord-Caraïbe, par la Collectivité territoriale de Martinique (CTM) et par les parents d'élèves, ont remporté hier un premier succès.
En effet, la communication rétablie entre grévistes et rectorat, via l'intermédiaire du chef d'établissement, a permis de sortir d'une première impasse : la classe de première S ne sera pas supprimée à la rentrée prochaine!
Concrètement, le nombre d'heures nécessaires pour maintenir cette classe est presqu'entièrement assuré. Un nouveau point sera fait en juin, mais d'ores et déjà, les enseignants considèrent que leur exigence a été entendue.
Vendredi, la rencontre entre les élus et le personnel avait fait émerger un front commun contre les changements annoncés. Dans nos colonnes (France-Antilles du samedi 3 mars), Hugo Havinin, premier adjoint au maire de Belle-fontaine, Lucien Saliber, maire du Morne-Vert, Jean-Claude Ecanvil, maire du Carbet, ou encore Henri Romana, maire de Fonds-Saint-Denis, ont souligné l'importance de la filière scientifique pour la zone.
LE CAP PÂTISSERIE SUR LA SELLETTE
Rappelant qu'il s'agissait de « l'avenir de nos enfants » , ces élus se sont dits « révoltés » par la décision du rectorat et ont annoncé qu'ils feraient « tout pour conserver le lycée » tel qu'il est, avec ses offres attractives pour le territoire.
De leur côté, les élus de la CTM, réunis en assemblée plénière vendredi, ont signé une motion de soutien, demandant au recteur de « renoncer à l'application de tout projet de fermeture de la filière S et à la suppression du CAP pâtisserie du lycée de Bellefontaine » . L'avancée obtenue, ce lundi matin, est donc notable. Mais elle a un goût d'inachevé, car de nombreux problèmes sont encore à résoudre, et singulièrement le sort qui sera réservé aux élèves de CAP pâtisserie.
Les négociations se poursuivent donc et les grévistes restent mobilisés.
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION