ACTUALITé - DIVERS

TCSP : la naissance d'un collectif citoyen

France-Antilles Martinique 15.02.2017

1RÉAGIR

Il est possible que l'absence de l'organisation du transport en général, sur l'ensemble du territoire de la Martinique, et le non fonctionnement du TCSP en particulier sont devenus un sujet d'agacement et un problème insupportable pour la quasi-totalité des Martiniquais qui n'acceptent plus ce niveau d'incompétence et de gestion calamiteuse des deniers publics. En limitant cette calamité uniquement au non fonctionnement du TCSP (Transport Commun en Site Propre), le contribuable martiniquais peut constater, avec indignation, ce que lui coûte ce moyen de transport construit pour irriguer l'agglomération centre de l'île et mis à l'arrêt sans explication de la part de la CTM chargé du transport sur le territoire de la Martinique. En effet, les différents coûts sont évalués de la façon suivante :
- Construction (initiation, gros oeuvres, équipements, finitions, etc...) payé par le contribuable martiniquais à 75% : 360 000 000 euros ;
- Eau, électricité, gardiennage, assurance des équipements, entretien des équipements, salaires et charges sociales versées au personnel sur site, etc... estimés à 150 000 euros par mois. Soit de janvier 2016 à février 2017 : 2 100 000 euros ;
- Dette envers la mairie de Fort-de-France pour sa contribution au fonctionnement : 800 000 euros ;
- Dégradation du fait du non fonctionnement du TCSP (évaluation au 31 janvier 2016) : 100 000 euros ;
- Nettoyage général lors de la mise en fonctionnement du TCSP : 150 000 euros ;
- Le président du Conseil exécutif de la CTM, Alfred Marie-Jeanne, a décidé de ne plus payer les loyers à l'entreprise Vinci qui a contribué, dans le cadre d'un Partenariat Public Privé (PPP), à la mise en place des équipements . Les pénalités pour retard de payement s'élève au 1e février 2017 à 800 000 euros.
Soit un moyen de transport, non utilisé, coûtant aux contribuables martiniquais un total de 363 950 000 euros environ.
Ajoutons à cela l'absence d'une vision d'ensemble du problème du transport à la Martinique dont la CTM est l'autorité unique. Nous pouvons relever une série de points qui n'ont pas fait l'objet d'une réflexion approfondie. Parmi ceux-ci on peut relever :
- La prise en compte des sérieux problèmes préjudiciables pour les taxis collectifs ;
- Le cas particulier des taxis de place ;
- La mise en place de la billetterie au niveau des taxis collectifs ;
- La connexion entre les taxis collectifs du Nord et du Sud en particulier, avec les gares de Mahault et de Carrère ;
- La tarification pour les usagers entre les gares routières et les communes du Nord et du Sud ;
- Le ticket unique entre les deux gares routières et les communes du Nord et du Sud ;
- L'organisation des interventions des chauffeurs dans les gares de Mahault et de Carrère ;
- La mise en place de la signalisation et de l'information à destination des usagers ;
PROMOUVOIR UN TRANSPORT COLLECTIF STRUCTURÉ ET ORGANISÉ
Pourtant, tous les Martiniquais subissent les nombreuses nuisances liées aux insupportables embouteillages. Les plus concernés étant les femmes, les hommes et en particulier les jeunes qui, très souvent, doivent utiliser les transports collectifs pour se rendre sur leur lieu d'étude et de travail. A partir de ce que représentent pour les Martiniquais le problème du transport et celui de la dilapidation des deniers publics, une frange importante de la population s'indigne fortement du cas particulier que représente l'immobilisation du TCSP et de l'absence d'une approche globale de ce problème sur l'ensemble du territoire de la Martinique.
En conséquence, un Collectif citoyen issu des acteurs de la société civile dénommé « Ba nou TCSP nou » , a été créé et énoncé une voie pour un véritable service durable des transports sur l'ensemble du territoire de la Martinique. Ce collectif vient de voir le jour et compte plusieurs centaines d'adhérents.
Les objectifs du Collectif citoyen sont notamment :
- Donner du sens à la démocratie participative en offrant la parole aux futurs usagers à travers des échanges réguliers. Cela permettrait de mieux connaitre les besoins et les difficultés des populations ;
- Veiller à promouvoir un transport collectif structuré et organisé, bénéficiant de l'adhésion du plus grand nombre afin que les Martiniquais soient en mesure de donner un avis sur tout ce qui les concerne : les coûts, la sécurité, l'hygiène, la billetterie, la ponctualité, la maintenance, le remplacement, l'élargissement du réseau... (...)
- Préserver les fonds publics (régionaux, nationaux et européens) prévus pour le bon fonctionnement du transport au service de la population ;
- Faire respecter le calendrier relatif à la création et à la mise en oeuvre de toutes les structures fonctionnelles de base (administratives et financières) telle que l'Autorité Organisatrice du Transport urbain (AOTU). Par ailleurs, il convient de s'assurer de l'exploitation du TCSP par Mosaïk, conformément à la délibération prise par les élus. Il en est de même pour les décisions retenues concernant l'organisation des feux tricolores par la ville de Fort-de-France, propriétaire du système Gertrude.
Ce collectif citoyen s'assurerait de la consolidation à moyen ou long terme de l'extension du circuit du TCSP, facteur structurant du pays, en veillant au respect des principes suivants :
- Permettre à tous les usagers de suivre l'évolution des opérations TCSP programmées. Il s'agit notamment de l'extension des espaces desservis, par l'intégration des différents modes de transport incluant le maritime et les bus urbains, par la desserte de nombreuses autres communes de l'île ;
- Garantir un amplitude horaire maximale du fonctionnement du réseau, favorable aux activités économiques sportives, culturelles et de loisirs ;
- Permettre aux usagers, à travers un site internet dédié, d'interpeller les instances chargées du fonctionnement du TCSP et du transport public.
Pour le collectif citoyen, la présidente Susan Delaunay-Bellevile Collectiftcsp972gmail.com
1
VOS COMMENTAIRES
  • popotte pays - 15.02.2017
    undefined
    Gran samblé pou ba péyi ya an chanss fè marche arriè mi sa to té iublié di nou
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION