ACTUALITé - ÉCONOMIE

38 millions d’euros pour les entreprises sucrières

franceantilles.fr 12.05.2017

5RÉAGIR

38 millions d’euros pour les entreprises sucrières

Plusieurs ministres viennent de signer le décret attribuant une aide annuelle de 38 millions d'euros aux entreprises sucrières de Martinique, Guadeloupe, et La Réunion pour adaptater la filière sucrière des collectivités d’Outre-mer à la fin des quotas sucriers.

Une aide annuelle de 38 millions d'euros sera accordée aux entreprises sucrières de Martinique, Guadeloupe et La Réunion, pour adapter la filière sucrière des collectivités d’Outre-mer à la fin des quotas sucriers. Le décret vient d'être signé par quatre minsitres : Michel Sapin, ministre de l’Economie et des finances, Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, Ericka Bareigts, ministre des Outre-mer, et Christian Eckert, secrétaire d’Etat chargé du Budget et des Comptes publics. Cette aide entrera en vigueur le 1er octobre 2017.
En décembre 2016, la Commission européenne avait autorisé le versement par la France de cette aide annuelle à la filière sucrière ultra-marine. Cette aide, annoncée par le président de la République en août 2014 à La Réunion, devrait compléter les fonds européens du programme POSEI dédiés à la production de sucre (Programme d'options spécifiques à l'éloignement et l'insularité) qui s’élèvent à 75 millions d’euros par an, ainsi que les fonds nationaux de 90 millions d’euros par an.
Cette aide permettra de garantir l’avenir de la production sucrière dans ces collectivités, impactée par la fin des quotas sucriers en octobre 2017 et par les surcoûts liés à l’ultra périphéricité.
« La pérennisation de la filière canne-sucre de Guadeloupe, Martinique et La Réunion, secteur économique stratégique, est essentielle pour le maintien de l’emploi dans ces territoires : 20 000 emplois directs et 40 000 emplois indirects sont concernés », indique le minsitère de l'Outre-Mer dans un communiqué.


5
VOS COMMENTAIRES
  • Eric - 14.05.2017
    Sauf erreur de calcul, les aides annuelles cumulées atteignent 203 millions d'euros pour sauvegarder 60000 emplois directs et indirects, soit plus de 3000 euros par emploi.
    Le Ministère précise que cette aide est destinée à aider la filière à s'adapter à la fin des quotas.
    Par contre, je trouve curieux que cette aide annuelle ne soit pas limitée dans le temps et que les objectifs de l'adaptation à la fin des quotas ne soient pas indiqués(diversifications?).
  • manzaa - 13.05.2017
    et les autres?
    je n'ai pas de quoi pour évaluer;mais,si je pouvais je m'amuserai a étudier l'inefficacité en matière de création d'emploi, de toute ces aides accordées aux bananiers et aux rhumiers; ramener au nombre d'emploi réel ou générer;sure et certain qu'on se se retrouverait avec un ratio très élevé par création d'emploi ,je pense que, malheureusement pour nous, ces aides ,au lieu de contribuer a développer le pays martiniquaise sont utilisées a d'autre fin; notamment; accentuer et aiguiser encore plus notre appétit a la conso,on retrouve ces euros dans les conteneurs que ces messieurs importe par centaine par jour sur le port de f d f . imaginez qu'une partie de ces aides était attribuer a nos petits artisans, nos maraîchers pour développer de nouvelle filière a forte valeur ajoutée tel que :le cacao,la grenade ,groseille,topinambour etc...ah, mais non encore faut il maîtriser la pratique du lobbying efficacement.
  • BIGRE - 13.05.2017
    Oui pourquoi pas ?
    Mais les futurs députés doivent s'engager solennellement et contrat écrit afin de supprimer la taxe de l'octroi de mer et toutes ces taxes locales qui sont injustes aux yeux du peuple français.
    A défaut de non engagement,tous ces élus doivent ne pas sur présenter aux futures élections législatives. Aussi tous les gens locaux (salariés, chômeurs ou pas et retraités vous devez payer vos impôts vos taxes vos factures.
    Celui qui travaille a droit à une indemnité et celui qui ne veut pas travailler ne doit plus percevoir le RSA ou autres indemnités ! ! ! !
    Il faut de la transparence à 200% et les élus doivent montrer l'exemple en réduisant de plus de la moitié toutes leurs indemnités (économie du train de vie de l'État).
    Il faut un véritable contre pouvoir à l'Élysée et Matignon.
    Oui le peuple doit rester libre et souverain. !
  • DAMBRUN - 13.05.2017
    la morphine avant la mort !
    Ne devrait-on pas être réalistes ? Que vont peser ces millions face à la fin des quotas ? L'avenir le dira, mais, on peut craindre qu'ils ne servent qu'à endormir la vigilance des professionnels et des élus. La fin des quotas risquent fort de signer l'arrêt de mort de l'activité sucrière. Regardons ce qui s'est passé pour le lait et l'on verra que ces millions ne servent qu'à permettre la mort sous tranquillisants
  • laverite - 12.05.2017
    et dreling dreling ! ! ! ! ! mieux que le loto
    marrant comme ca tombe souvent et toujours au même endroit depuis 50 ans ! ! !

    contrairement à la foudre , qui ne tombe jamais 2 fois au mêm endroit

    ARF ARF ARF

    what else?
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION