ACTUALITé - ÉCONOMIE

CFTU : nouvelle semaine de souffrance pour les usagers ?

France-Antilles Martinique 09.04.2018
C. T.

2RÉAGIR

CFTU : nouvelle semaine de souffrance pour les usagers ?

La rentrée après les vacances de Pâques s'annonce cauchemardesque pour bon nombre d'usagers du réseau Mozaïk qui, encore en ce début de la semaine, devront prendre leur mal en patience, aucune solution de fin de crise ne pointant à l'horizon.

Il faut s'attendre à voir un scénario déjà vécu ces derniers jours, celui de personnes debout aux différentes gares espérant trouver un moyen de se rendre au travail. Et pour cause, les bus des sous-traitants de la CFTU risquent de ne pas rouler pour assurer le transport des personnes d'un point à un autre. Aujourd'hui, jour de rentrée post-pascale, ils resteront à l'arrêt à proximité du dépôt de bus du réseau Mozaïk, positionnés de manière à rendre les manoeuvres difficiles pour tout conducteur qui voudrait sortir du parking. C'est la stratégie choisie pour marquer leur désapprobation contre les conditions du nouveau marché de la sous- traitance du transport public urbain de la Cacem appelé à être lancé depuis le 1er avril dernier.
Une transaction dénoncée par les entreprises sous-traitantes au prétexte qu'elles ont été lésées dans l'affaire, car injustement écartées. Et aussi parce que le groupement des entreprises qui a remporté les lots ne dispose pas d'un parc de véhicules suffisant pour garantir un service. Ces chefs d'entreprise du transport ne s'embarrassent pas de mots pour condamner une « illégalité manifeste » . « Il y a un marché public qui a été lancé par la CFTU. Et ils ont magouillé pour attribuer le marché à des entreprises qui n'ont pas les véhicules pour faire exécuter le marché. En clair, il n'y a ni personnel ni matériel pour exécuter le marché. En somme, ils nous ont écartés pour donner le marché à quelqu'un qui ne peut pas le faire » , pestait ce week-end encore Jean-Michel Pognon, président du groupement Trans'capital, dont font partie des sociétés écartées.
PAS DE LEVÉE DU BLOCAGE
Le chef d'entreprise se tourne vers les autorités et exhorte le préfet à vérifier le contrôle de légalité, à vérifier que la passation et l'exécution ont été effectuées dans de bonnes conditions. Pour Jean-Michel Pognon, puisque « les choses n'ont pas été faites, les services de l'Etat doivent procéder à l'annulation pure et simple du marché » . Loin de baisser les bras après l'ordonnance du juge des référés intimant la levée des barrages, les contestataires brandissent la menace d'un durcissement. « Nous avons d'autres actions dans nos cordes. S'il y a des difficultés au niveau des actions que nous menons, il y a des chances que nous changions notre fusil d'épaule. Nous disons simplement que les bus bloquent, mais ils peuvent être aussi amenés à se déplacer. » A n'en pas douter, les utilisateurs des bus Mozaïk feront grise mine, même si les auteurs du blocage déplorent la gêne que peut occasionner leur mouvement. « On ne peut que s'excuser auprès de la population, ça ne résout pas pour autant le problème. Vous savez, le blocage c'est un moyen de pression qui n'est pas appréciable puisque tout le monde est pénalisé. Nous ne sommes pas responsables de tous les blocages. » Jean-Michel Pognon ne craint pas une impopularité du mouvement. Appelés à exercer leur droit de retrait, les personnels ont bloqué le siège de la CFTU, souhaitant travailler dans de bonnes conditions. Tous les yeux sont rivés vers la réunion de cet après-midi.
AUTM : « Pa kité yo a tè! »
Dans un communiqué, l'AUTM, association regroupant les usagers du transport, appelle la population à s'organiser pour ne pas pâtir des désagréments occasionnés par le mouvement de grève des sous-traitants de Mozaïk. Pour faire face à la pénurie de bus, l'association demande à chacun d'« aider les familles, enfants, personnes âgées souhaitant se déplacer, qu'ils soient voisins, parents et amis » . Un appel à la solidarité pour que « personne ne reste à terre » . L'AUTM, créée en 2005, était récemment sortie de son sommeil pour monter au créneau et exprimer son ras-le-bol face aux incidents à répétition qui perturbent le fonctionnement du réseau et son incompréhension eu égard à l'absence de service minimum.
- Contact : page Facebook AUTM / 0696.26.75.21. Mail : autm97@gmail.com
2
VOS COMMENTAIRES
  • Monté-Christo - 10.04.2018
    J'espère que tu va aussi demander l'intervention des forces de l'ordre pour toutes les grèves, parce que je t'apprends que toute greve gêne les autres surtout ceux qui sont pas concernés

    Et pour info quand tu parles de droit sache qu'un est un droit constitutionnel, et qu'un pas
    Je te laisse deviné lequel
  • DAMBRUN - 09.04.2018
    Respectez la loi !
    La grève est un droit, la liberté du travail en est un autre. Il est inacceptable que des grévistes empêchent ceux qui le veulent de travailler. Monsieur le Préfet, aux actes ! faites dégager les barrages par les forces de l'ordre !
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION