ACTUALITé - ÉCONOMIE

AGRICULTURE - Les agriculteurs seront indemnisés par l'État...

France-Antilles Martinique 07.11.2017
H.BRIVAL

5RÉAGIR

Les agriculteurs seront indemnisés par l'État...
« La réponse sera à la hauteur des attentes » , a assuré dimanche le Premier ministre après avoir visité deux fermes guadeloupéennes sinistrées, une bananeraie et une exploitation de recherche biovégétale. Selon Matignon, cette aide, qui serait versée d'ici début 2018, pourrait avoisiner 20 à 30 millions d'euros, sur la base de l'estimation actuelle des dommages.

C'est sans conteste la principale annonce d'Édouard Philippe lors de son déplacement aux Antilles. Le Premier ministre a promis le versement d'une indemnisation aux agriculteurs de Guadeloupe et de Martinique après le passage de l'ouragan Maria.

. Au-delà de l'effet d'annonce, les agriculteurs veulent aujourd'hui des actions sonnantes et trébuchantes. Car pour Louis Daniel Bertome, le président de la Chambre d'Agriculture de Martinique, la souffrance des agriculteurs est prégnante. Il faudrait agir dans l'urgence et que cette aide soit rapidement disponible. « La situation est critique. Il ne s'agit pas uniquement des producteurs de bananes. Je pense aux maraîchers qui n'ont plus de trésorerie pour relancer leur activité. Déjà touchés l'an dernier lors du passage de la tempête Matthew, certains agriculteurs avaient, depuis, fait des investissements. Et là ils sont encore impactés » explique Louis Daniel Bertome.
Le président de la Chambre d'Agriculture de la Martinique indique qu'il n'a pas encore reçu la notification du fonds de solidarité géré par le ministère des Outre-mer.
Le président de la Chambre d'Agriculture de la Martinique, Louis Daniel Bertome, indique qu'il n'a pas encore reçu la notification du fonds de solidarité géré par le ministère des Outre-mer.
LA VIGILANCE DES AGRICULTEURS
Concrètement cette aide pourrait être versée début 2018 et pourrait avoisiner 20 à 30 millions d'euros. Un montant qui devra être confirmé et qui s'appuierait sur les premières estimations des dommages.
D'après les premières évaluations des dégâts agricoles suite au passage de Maria, la perte avoisinerait 85 millions d'euros pour les deux îles. En clair près 50 millions pour la Guadeloupe et 35 millions pour la Martinique. De toute évidence, l'aide avancée par l'État ne serait que partielle compte tenu du fait que les estimations des pertes ne seraient pas achevées. Et que l'on serait bien loin du compte pour les agriculteurs. Il est vrai que dans la pratique, les indemnisations ne sont versées qu'à la fin de l'exercice du moins une fois que les chiffres d'affaires sont avérés. Il s'agirait donc plus d'un coup de pouce du gouvernement.
« Les indemnisations vont être versées progressivement, au fur et à mesure que l'ampleur des dégâts sera finement mesurée... » a d'ores et déjà déclaré le
Premier ministre lors de sa visite dimanche dans l'île soeur.
A l'image de Louis Daniel Bertome, les professionnels restent vigilants et attentifs d'autant qu'il restait un reliquat des dégâts provoqués l'an dernier par la tempête Mattew et qui n'aurait pas été versé aux agriculteurs. Il faut également préciser que la trentaine de millions de dégâts pour la Martinique suite au passage de Maria ne prend pas en compte les pertes des producteurs de cannes à sucre. C'est après la récolte que l'on connaîtra avec exactitude l'ampleur des pertes pour ces derniers.
5
VOS COMMENTAIRES
  • BIGRE - 09.11.2017
    La paix sociale n'existe pas en Martinique comme ailleur ?
    Arrêtons les conneries,les bêtises, cela suffit de gaspiller l'argent public.
    Le peuple français n'a jamais demandé cela.
    Arrêtons l'hypocrisie ambiante.
    Sortons de l'Europe.
  • zakari - 07.11.2017
    À bigre
    En Martinique et en Guadeloupe, la France achète la paix sociale à coût de milliards depuis au moins 30 ans.Cette situation d'assistanat mendiante est l'oeuvre de nos syndicats et mouvements autonomistes et indépendantistes qui depuis 30 ans font des revendications sociales exagérément pour contraindre la France à lâcher la Martinique pour des raisons économiques.La France cède parce que elle sait que 90% de la population martiniquaise et guadeloupéenne sont contre l'indépendance.Il y a aussi le lien historique qui menotte la France aux Antilles.La Martinique c'est moins de 400 mille habitants, ce n'est même pas la ville de Lyon.
  • BIGRE - 07.11.2017
    Pourquoi paye ton 2 fois plus les agriculteurs martiniquais ?
    Pourquoi paye ton 3 fois plus cher la viande locale qui n'est pas du tout justifié.
    Tout cela pour faire plaisir à certain.
    Pourquoi les autorités françaises tolèrent cela ?
  • BIGRE - 07.11.2017
    Respectons les lois françaises.
    Remettons le travail obligatoire.
    Tous ceux qui ne respectent pas la loi française alors fini les aides, les indemnités etc...
  • DAMBRUN - 07.11.2017
    LES RISQUES DU METIER
    Les agriculteurs sont-ils les seuls à avoir souffert des évènements climatiques ? quid de l'industrie du tourisme, des éleveurs, de particuliers. Face à des risques on paie des assurances.
    Pourquoi les agriculteurs ne feraient-Ils pas comme tout le monde ? Il y a en Martinique beaucoup de gros exploitants agricoles qui vont encore passer à la caisse.
    On peut admettre que du fait d'une longue habitude les agriculteurs attendent de l'argent public, mais de là à exiger, à récriminer sans fin... L'Etat Français est très endetté, les contribuables sont tondus alors, à force de tirer sur la corde, elle risque de céder !
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION