ACTUALITé - ÉDUCATION

Le digital, comme vecteur de retour à l'emploi

France-Antilles Martinique 16.05.2017
Rodolphe Lamy

0RÉAGIR

Le digital, comme vecteur de retour à l'emploi
Les 19 formés par la Grande École du Digital ont dû présenter un projet, par équipes, à un jury composé de personnels encadrants et de professionnels locaux. (J-M.E. / France-Antilles)

En partenariat avec Pôle Emploi, 19 Martiniquais de tous âges et de tous profils viennent de terminer une formation de 3 mois et demi, assurée par WebForce3, au sein de la Grande École du Digital. Ils sortent avec des certifications de développeur et d'intégrateur web.

Certains étaient tout juste bacheliers, d'autres en décrochage scolaire, d'autres encore, en reconversion ou, comme cet inégnieur des systèmes réseaux, simplement venus acquérir une compétence supplémentaire. Pendant 3 mois et demi, 19 hommes et femmes de tous horizons, âgés de 20 à 47 ans, ont partagé la même expérience au sein de la Grande École du Digital. Sélectionnés parmi 80 candidats au départ, ils ont suivi la première formation Web-Force3 organisée en Martinique, grâce aux financements de Pôle Emploi.
« La Grande École du Digital, qui a une dimension économie sociale et solidaire, est le premier projet d'Outre-Mer à avoir obtenu le label Grande École du Numérique » , se félicite Laurent Glaudon, le directeur. « À l'issue, nos apprenants sortent avec deux compétences recherchées dans l'Hexagone et amenée à se développer à la Martinique : développeur web et intégrateur web » .
Seule une cinquantaine des 80 candidats initiaux ont participé à la Prépa d'un mois, après la phase de présentation et les tests de logique. Pendant ces quatre semaines, ils ont appréhendé les premières notions de web et de codage. Un Passeport de Compétence Informatique Européen (PCIE), signe d'un minimum d'acquis, leur a été délivré à tous.
Le jury composé de personnels encadrants et de professionnels locaux. (J-M.E. / France-Antilles)
« UN APPRENTISSAGE EN MODE ACCÉLÉRÉ »
Les 19 retenus ont véritablement commencé les choses sérieuses fin décembre avec la formation Web-Force3. Au cours de 490 heures d'une formation « 10% théorique et 90% pratique » , les élèves ont acquis l'équivalent d'une année scolaire, assure le directeur de GED. Deux formateurs de l'Hexagone, professionnels dans leurs domaines, ont rythmé l'enseignement des nouveaux langages et du codage internet.
« Aux cours, il fallait encore ajouter une à deux heures de travail le soir, sans compter les week-ends. Cela a nécessité beaucoup de motivation. C'était intense mais passionnant » , décrit Jordan Destin, 29 ans, qui souhaitait se lancer dans l'informatique après un parcours hétéroclite (5 ans dans l'armée, technicien en services après-vente en île de France, électromécanicien au Canada).
« C'est une sorte de « Boot-camp » , un apprentissage en mode accéléré avec des formateurs disponibles, qui répondent aux standards nationaux de WebForce3 et qui connaissent les besoins du marché » , développe Laurent Glaudon. Les deux dernières semaines de la formation ont consisté, pour tous, à présenter un projet par équipe de trois à cinq personnes. Ils devaient montrer leur capacité à travailler ensemble et à répondre aux critères définis par un cahier des charges : utiliser du code HTML, PHP, Javascript, « Responsive Design (qui permet l'adaptation à tous les formats d'écran), manier le Back et le Front Office, etc...
« AVOIR DES DÉVELOPPERS ICI, C'EST UN PLUS »
Les 19 formés ont « pitché » leur projet devant un jury composé de membres de l'encadrement et de professionnels martiniquais (Orange, Infoban, C'Direct). « L'idée, c'était aussi de mettre en relation les apprentis avec des personnes du monde de l'entreprise. Ils ont eu des retours de professionnels et cela leur offre aussi des possibilités de stages, voire d'emplois » , assure Laurent Glaudon. Pour clore la formation, ils ont tous, enfin, passé une troisième certification (OPQUAST), l'équivalent du Toeic en anglais, un examen en 1000 points qui atteste d'une maîtrise des bonnes pratiques du web.
Pour le directeur de la GED, cette première promotion s'est particulièrement signalée par sa « solidarité » . « On avait réuni des profils très différents qui, sans cette formation, ne se seraient certainement jamais rencontrés. Les plus âgés ont aidé les plus jeunes à structurer leur façon de travailler. Ceux qui avaient déjà des notions ont soutenu les néophytes. Tous étaient portés par le même objectif : se former dans un secteur d'activité où les entrepreneurs martiniquais sont souvent obligés d'aller chercher des compétences ailleurs. »
Nicolas Bragance, dirigeant d'ANP remorquage, en témoigne. « J'ai dû commander dans l'Hexagone une application mobile pour faciliter l'intervention de mes équipes et gagner du temps au niveau de ma facturation. Avec le décalage horaire et mes besoins particuliers, ce n'était pas toujours évident d'avoir des réponses rapides. J'étais dans une dépendance permanente. Avoir des développeurs ici, c'est forcément un plus. On peut avoir un produit sur-mesure et mieux adapté aux spécificités de nos territoires » .

Pour tout contact : www.grandeecoledigital.fr
ILS ONT DIT
Donavan Kilo, 20 ans : « Une formation très concrète »
(J-M.E./France-Antilles)
J'ai passé un Bac STI2D, option système informatique et numérique. Ensuite, j'ai choisi un BTS mais j'ai été mal orienté. Ce n'était pas du tout ce que je voulais. J'ai plutôt opté pour une licence informatique sur le campus mais j'ai trouvé ça trop théorique. Je ne suis pas resté. C'est en recherchant des offres d'emploi, des stages ou des jobs que j'ai eu connaissance de la formation WebForce3. J'étais un peu sceptique au début mais, finalement, cela valait ces 3 mois et demi. C'est vraiment très concret. Il a fallu reprendre le rythme du travail, se lever le matin. J'ai appris beaucoup de langages, de façons de coder. En s'entraidant, on voit comment certaines personnes réfléchissent. Aujourd'hui, je sais faire un site statique et un site complexe et dynamique. On m'a donné les bases et la possibilité d'approfondir toutes ces connaissances. J'aimerais trouver un stage et continuer à me former dans une autre école.
Céline Casca, 31 ans : « Une chance d'avoir eu cette formation en Martinique »
(J-M.E./France-Antilles)
Après mon Bac Pro, j'ai poursuivi avec un BTS et une licence informatique orientée sécurité des réseaux. J'ai travaillé comme administrateur réseaux avant d'être licenciée économique il y a deux ans.
Dans ma recherche d'emploi, il était souvent exigé des compétences en PHP et en web.
Je cherchais cette polyvalence puisque j'avais la partie réseaux, vidéo, audio mais il me manquait la partie web. J'avais commencé des démarches pour WebForce3 en France quand j'ai appris que cette formation serait organisée ici. Économiquement parlant, c'était une chance pour moi. Cette formation m'a rendue complètement autonome, c'est ce que je visais, avoir cette diversification.
Désormais, je peux me diriger vers un emploi dans une entreprise ou créer ma propre société.
Ça ouvre le champ. Je peux même travailler à distance.
Saji Téchède, 46 ans : « Multiplier mes compétences »
(J-M.E./France-Antilles)
Je suis graphiste de profession et plus ou moins autodidacte. J'ai exercé pendant 17 ou 18 ans, mon patron me refusait cette formation dans le web. Je viens d'arriver en Martinique, c'est là que Pôle Emploi m'a contactée pour me proposer la formation WebForce3. J'ai tout de suite accepté. J'étais néophyte. J'avais déjà un peu touché au back-office mais jamais au code. C'était dur au début. Notre promotion avait des niveaux très différents mais a toujours été soudée. J'ai rencontré des gens que je n'aurais pas forcément cotoyés dans la vie privée. Sur les 19, il y avait toujours quelqu'un en baisse de régime à un moment donné mais il était soutenu par les autres. Personnellement, j'ai appris énormément de choses, des bases même s'il reste du travail derrière. J'ai désormais deux possibilités : chercher un stage ou continuer mon métier d'infographiste que j'adore. En tout cas, même si mon but n'est pas de devenir développeur, j'ai acquis une compétence nouvelle avec cette formation.

0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION