ACTUALITé - ÉDUCATION

Les transporteurs roulent encore pour le dialogue

France-Antilles Martinique 11.02.2017
L.S.

0RÉAGIR

Les transporteurs roulent encore pour le dialogue
Maison des syndicats, préfecture, Deal, depuis le début de la semaine, les transporteurs interpellent les pouvoirs publics et négocient. (W.T. / France-Antilles)

Alors que la menace d'un blocage de la Sara avait suscité la panique en début de semaine, les transporteurs poursuivent le dialogue avec les autorités. Un nouveau round de négociations va s'ouvrir ce lundi à la Deal, et sans doute dans le courant de la semaine avec la CTM.

Un accord a finalement été trouvé mercredi en fin de journée à la Deal, mais sur un seul des points de revendication des camionneurs, et le moins litigieux. Il s'agit du temps de pause. La réglementation prévoit qu'après 4h30 de conduite, le conducteur observe une pause ininterrompue d'au moins 45 minutes ou une pause d'au moins 15 minutes suivie d'une pause d'au moins 30 minutes. Impossible à respecter en Martinique disent les chauffeurs : « Un camion ferait en moyenne trois rotations par jour. On ne peut pas faire plus avec les embouteillages. Qui reste 4h30 derrière un camion ? Nous sommes une petite île! Et la contravention peut aller jusqu'à 200 euros! Or, quand vous arrivez à Saint-Pierre pour charger, on perd 10 à 15 minutes, et c'est pareil en arrivant sur le chantier. Ces temps seront considérés comme temps de pause » explique Raphaël Bordelais, porte-parole de l'intersyndicale (Sotramca-Collectif carburant-CRTM-Unostra--SMT-STMD).
Il reste tout de même trois gros dossiers à traiter. Le premier va être au coeur des discussions lundi, à la Deal. Il s'agit du tarif du transport de matériaux. Il aurait quasiment été divisé par deux depuis 2006 : « Nous avions signé un accord qui l'amenait à 13,60 euros la tonne, aujourd'hui c'est 7,80 euros la tonne! Les donneurs d'ordre font du chantage avec les transporteurs. Ils imposent leur prix. Et il y a la concurrence avec l'arrivée des 35 tonnes. »
DES QUESTIONS ÉPINEUSES À RÉGLER
Cette discussion aura lieu avec les plus importants donneurs d'ordre des transporteurs de matériaux : carriers, cimenterie, constructeurs. Les camionneurs sont fermes sur ce dossier : « Certains travaillent à perte, on ne peut plus l'accepter! »
Le second dossier, c'est la question du lot transport dans les marchés publics. Il devrait être discuté en présence d'un représentant de la CTM. Actuellement, lorsque les collectivités attribuent un marché, c'est le bénéficiaire qui choisit les entreprises de transport. Et il ne ferait pas appel au groupement de transport. Enfin, la question de la détaxe du carburant. Elle avait déjà été abordée par les transporteurs avec le préfet, mardi. Ce dernier s'est engagé à prendre contact avec la CTM. Les camionneurs ont en effet adressé un courrier à Alfred Marie-Jeanne, le président du conseil exécutif qu'ils souhaitent rencontrer en personne sur ce sujet de la détaxe du carburant. Un rendez-vous qui devrait se tenir cette semaine. S'ils n'obtiennent pas satisfaction, les camionneurs n'excluent pas d'user d'autres moyens de pression.
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION