ACTUALITé - ÉDUCATION

Parc naturel : nouveau préavis de grève et plaintes

France-Antilles Martinique 09.03.2018
L.S.

5RÉAGIR

Parc naturel : nouveau préavis de grève et plaintes
Me Emmanuel Germany, avocat de deux anciennes salariées du PNRM, Philippe Pierre-Charles, secrétaire général de la CDMT, et Christian Dachir, élu au PNRM, ont fait un point de la situation au parc naturel, plus de deux mois après la fin de la grève. (Wilfrid Téreau/ France-Antilles)

La CDTM dénonce la non-application de l'accord de fin de conflit signé le 27 décembre dernier et des sanctions sur des agents grévistes. Des plaintes pour harcèlement ont également été déposées.

Après 76 jours de grève au Parc naturel régional de Martinique (PNRM), l'accord signé tenait en trois points : les agents grévistes ne seront victimes d'aucune sanction, une mission indépendante se tiendra au PNRM sur l'amélioration des conditions de travail et des relations internes, un comité paritaire veillera à l'application de l'accord.
« Nous avons adressé deux courriers au président du PNRM pour demander l'application de l'accord et la réunion du comité paritaire de suivi. Il nous a fait une réponse surréaliste en nous disant que la mise en place de la mission des médiateurs serait faite avec le CHSCT, alors que c'est avec nous qu'il a signé cet accord » dénonce Philippe Pierre-Charles, secrétaire général de la CDMT.
L'organisation syndicale a donc décidé de déposer un nouveau préavis de grève, le 6 mars, avec prise d'effet au lundi 12 mars. « Dès le lendemain nous avons été invités à une réunion avec le nouveau directeur général, Johan Villeronce. Bien sûr, nous sommes avec lui dans une forme plus affable qu'avec monsieur Boutrin, mais le fond ne change pas. »
SANCTIONS POUR FAITS DE GRÈVE ?
En revanche, le DG aurait assuré que la procédure de médiation était en passe de débuter. Elle doit permettre de résoudre les questions de mal-être au travail soulevées lors de la grève. Un mal-être qui, loin de diminuer, ne ferait qu'augmenter, estime encore le syndicat.
Trois plaintes pour harcèlement ont été déposées. Me Germany représente ces plaignants : « J'ai été saisi d'une dizaine de situations mais toutes n'arrivent pas à la plainte. Il y a des agents désespérés qui ont vu leur contrat ne pas être renouvelé alors que les missions sont poursuivies. A d'autres, on retire des attributions, des moyens. Ce sont des sanctions pour faits de grève. Deux femmes, l'une en situation de handicap et l'autre qui a été arrêtée pour longue maladie, après six ans d'ancienneté, ont vu leur contrat ne pas être reconduit » détaille l'avocat.
Pour ces situations et des « saisies sur salaires aléatoires suite à la grève, malgré les engagements » , la CDMT a donc décidé d'alerter. Une nouvelle réunion devait se tenir, hier, en fin d'après-midi, avec le directeur général du PNRM et deux médiateurs. Son issue pourrait déterminer la suite des évènements.
5
VOS COMMENTAIRES
  • BIGRE - 10.03.2018
    L'état français doit reprendre le contrôle total de la région Martinique.
    Puisque les locaux magouilles et augmentent le gaspillage de l'argent public des français.
    Oui la vérité est cruelle mais réelle !!!
  • zakari - 09.03.2018
    La grève menace !
    Pierre Charles fait de la gesticulation, mais je ne pense pas qu'il ira jusqu'au bout, car cette fois AMJ demandera aux forces de l'ordre de lyncher Pierre Charles.
    Parce que trop c'est trop.
    Malgré que Marie-jeanne "fé Pierre Charles passé anba an tab" récemment, il revient.
    A t-il des tendances suicidaires ?
    Je demande solennellement au préfet de ne pas intervenir dans le conflit qui s'annonce, c'est une affaire entre indépendantistes qui ne concerne pas l'état.
  • BIGRE - 09.03.2018
    Pour régler les problèmes en Martinique il faut d'abord :

    Ne plus payer les jours des grèves.
    Prendre des sanctions disciplinaires et financières à l'encontre des personnels indélicats.
    Arrêtons de gaspiller l'argent public des français.
    Arrêtons de payer des gens qui font semblant de travailler et qui refusent le travail.
    En Martinique il faut de la rigueur, de la sévérité, du travail,de la clarté et de la transparence.
    Merci.
  • DAMBRUN - 09.03.2018
    Lire entre les lignes !
    Que veut dire la non application de l'accord ? en fait, la direction s'est engagée à ne pas prendre de sanctions.
    Il y a une nécessité qui n'est pas une sanction : ne pas payer les jours de grève ! Si on les paye, on offre des semaines de vacances à des gens qui entendent faire grève et se reposer.
  • zakari - 09.03.2018
    LE PAUVRE
    Visiblement Philippe Pierre-Charles n'a toujours pas digérer l'affront qu'il a reçu par AMJ lors de la longue grève du PNRM.
    AMJ n'est plus le militant indépendantiste d'autrefois.
    Aujourd'hui il est de l'autre coté de la barrière, du coté des décideurs, il ne parle plus le même langage du militant syndical.
    Il est du coté des patrons.
    Le pouvoir change un homme.
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION