ACTUALITé - ENVIRONNEMENT

L'interdiction du polystyrène gagne du terrain dans la Caraïbe

France-Antilles Martinique 04.10.2018
Karel CLOTAIRE

2RÉAGIR

L'interdiction du polystyrène gagne du terrain dans la Caraïbe
À Grenade, l'interdiction d'importer du polystyrène est en vigueur depuis le 1er septembre.

Véritable fléau pour la vie quotidienne, le plastique, et particulièrement le polystyrène, est partout et a envahi le quotidien des populations. Différentes îles de la Caraïbe ont décidé de le bannir à partir de 2019. Cette mesure a néanmoins suscité quelques critiques comme en Jamaïque.

ENVIRONNEMENT. La Grenade a rejoint un certain nombre de pays de la Communauté des Caraïbes (Caricom) qui ont récemment annoncé leur intention d'interdire l'utilisation de la mousse de polystyrène (lire ci-dessous).
Depuis le 1er septembre, il est désormais interdit d'importer le polystyrène. Ceci représente la première étape d'une approche progressive de l'éradication de la mousse de polystyrène et de la réduction des plastiques à usage unique, conformément à la loi sur le contrôle des déchets non biodégradables qui a été adoptée au Parlement cette année.
La deuxième phase consistera à interdire la vente de mousse de polystyrène dans l'Etat des trois îles à compter du 1er mars, et au 1er avril la vente et l'offre de vente de nourriture dans ou avec ces produits.
À terme, il devrait y avoir « zéro mousse de polystyrène à travers la Grenade, Carriacou et Petite Martinique » , a déclaré le ministre de l'environnement et de la résilience climatique, Simon Stiell.
S'exprimant lors du conseil des ministres, le ministre a déclaré que l'interdiction n'est pas instituée de manière arbitraire, mais en consultation avec les importateurs et les autres parties prenantes.
COLLABORER AVEC LES ACTEURS CONCERNÉS
« Au cours de cette période, qui a démarré en septembre, l'importation de polystyrène sera interdite ; nous avons discuté avec les importateurs du produit pour faire le point sur les importations qui arrivent, sur ce qu'ils ont en commande et ce qu'ils ont en stock. »
Le ministre de l'Environnement a déclaré qu'il était encourageant de noter que « de nombreux restaurants et magasins ont déjà opté pour des produits alternatifs et que les délais fixés sont acceptés par les importateurs et le gouvernement » . Il a précisé que le gouvernement était déterminé à collaborer avec les acteurs concernés pour faire en sorte que la transition et l'impact économique de l'interdiction du polystyrène et des plastiques à usage unique spécifiés soient aussi transparents que possible.
Simon Stiell décrit la loi sur le contrôle des déchets non biodégradables comme une « législation progressive » qui vise à réglementer l'utilisation de produits non biodégradables en vue de réduire les effets environnementaux négatifs et d'améliorer la santé des Grenadiens.
La législation interdit également les sacs à provisions à usage unique.
L'interdiction d'importer ces sacs ainsi que d'autres plastiques à usage unique, tels que couverts, assiettes et tasses, entrera en vigueur le 1er février.
Traduction : Bernard PHIPPS
À Grenade, l'interdiction d'importer du polystyrène est en vigueur depuis le 1er septembre.
Plusieurs pays ont franchi le pas
- À la Dominique, le Premier ministre, Roosevelt Skerrit a annoncé l'interdiction, à compter du 1er janvier 2019, des équipements en plastiques à usage unique. Les pailles, plaques et couverts en plastique ainsi que les tasses et récipients en polystyrène seront prohibés dans le pays. Une décision qui s'inscrit dans la volonté du gouvernement de la Dominique, de faire de l'île le premier pays résilient au changement climatique dans le monde.
- À Trinidad et Tobago, les produits en polystyrène, tels que les conteneurs en polystyrène utilisés pour la vente et l'emballage des aliments et des boissons, seront illégaux à partir de 2019.
- Saint-Vincent-et-les Grenadines, Antigua et Barbuda, les Bahamas ainsi que Sainte-Lucie ont également interdit l'importation et l'utilisation de produits en polystyrène.
- En avril 2016, le Guyana a également interdit l'importation de produits en polystyrène, tandis qu'Haïti a également interdit le produit depuis 2012, même si cette mesure n'a jamais été respectée.
En Jamaïque, l'interdiction du polystyrène ne fait pas consensus
Le ministre sans portefeuille au ministère de la Croissance économique et de la création d'emplois, Daryl Vaz, réagit aux critiques selon lesquelles les interdictions imposée par le gouvernement sur les sacs en plastique, les pailles et la mousse de polystyrène sont irréfléchies.
Parmi les pourfendeurs de la décision, William Mahfood, président du groupe Wisynco, le plus grand producteur de mousse de polystyrène et de plastique de la Jamaïque.
William Mahfood a fait valoir, entre autres, que le gouvernement devrait mettre l'accent sur la gestion et la réduction des déchets solides du pays au lieu d'imposer des interdictions.
Les interdictions concernant le plastique et le polystyrène, annoncées par Daryl Vaz hier, entreront en vigueur le 1er janvier 2019.
Le président du groupe Wisynco a ajouté que les interdictions avaient été annoncées sans consultations appropriées, précisant que les restrictions auront un impact économique significatif sur les entreprises et les consommateurs.
Dans sa contre-attaque, le ministre de la Croissance économique et de la création d'emplois soutient que les allégations de William Mahfood sont « fausses et sans fondement » .
Le ministre, dans un communiqué, fait valoir que le gouvernement a mené de vastes consultations et fait part de son intention depuis cinq ans.
« Nous devons mettre au premier plan le bien-être de notre pays et de la planète toute entière. J'invite ceux qui résistent à cette initiative à noter qu'il ne peut pas toujours y en avoir que pour le dollar tout-puissant. Un moment donné, les décisions doivent être prises dans l'intérêt des générations actuelles et futures « , a déclaré Daryl Vaz.
2
VOS COMMENTAIRES
  • jéjé - 07.10.2018
    et ben bien
    en Haiti il font des valises avec les sachets,,en Martinique il font miss gras double boudin !!!!!
  • BIGRE - 06.10.2018
    undefined
    Bonne décision, mais il faudrait bannir la connerie, la bêtise, la fainéantise, le mensonge, l'incivilité en Martinique comme ailleurs !!!!Il y a beaucoup de chemin à faire et surtout refaire l'éducation des parents, des enfants etc.... Tous au boulot !!!!
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION