ACTUALITé - POLITIQUE

Clap de fin sur les assises des Outre-mer

France-Antilles Martinique 11.04.2018
H.Brival

2RÉAGIR

Clap de fin sur les assises des Outre-mer
Une bonne collaboration avec le préfet, pour l'intérêt de la Martinique, qu'a saluée Alfred Marie-Jeanne, le président du Conseil Exécutif.

L'heure est aujourd'hui à la synthèse des assises des Outre-mer, lancées à la Martinique le 4 novembre dernier par le Premier Ministre Edouard Philippe. Au terme de 6 mois de travail, pas moins 300 propositions ont été retenues.

C'est en préfecture qu'avait lieu hier après-midi la grande synthèse en présence de tous les acteurs impliqués dans ces ateliers. Le préfet de région Frank Robine n'a pas caché sa satisfaction face à l'intérêt porté par les Martiniquais pour ces assises. Près de 3 500 personnes se sont mobilisées lors des 200 réunions qui se sont déroulées entre le mois d'octobre 2017 et mars 2018. Franck Robine met l'accent sur les 300 propositions dont plus de la moitié concerne le développement économique et l'emploi à la Martinique. Aujourd'hui, 200 chefs d'entreprises à la Martinique arrivent à l'âge de la retraite et peuvent céder leur entreprise. Sur un dispositif initié par la Collectivité Territoriale de la Martinique, la CCIM propose de mettre en place un site internet répertoriant ces offres. Et toujours en lien avec la CTM qui est compétente en matière de développement économique, la Chambre de Commerce et d'Industrie propose d'accompagner ceux qui sont cession ou en reprise d'entreprise.
L'autre proposition concrète, mise en avant par Frank Robine, porte sur les risques majeurs. L'atelier en charge de cette problématique préconise la mise en place d'une école de formation des professionnels de la sécurité civile (sapeurs-pompiers, les gendarmes, les policiers, les secouristes) qui soit une émanation d'une école nationale de très haut niveau. Ce groupe de travail a notamment proposé la journée japonaise... Il faut savoir qu'au Japon, chaque année, il y a une journée spécifiquement dédiée à la préparation de la population des entreprises aux risques. « On peut imaginer que ce jour-là les gens qui le souhaitent vont repérer leur chemin de fuite à partir de leur lieu de travail. On sait où fuir lorsque l'on est sur le bord du littoral. On pourrait imaginer que, de la même façon que la population se prépare aux risques sismiques, elle se prépare ce jour-là aux risques de tsunamis » explique Frank Robine.
VERS LA MISE EN OEUVRE DES PROJETS
Ce sont des exemples de propositions qui ont le label des assises des Outremer mais qui peuvent d'ores et déjà se matérialiser sans attendre l'aval de Paris.
Le succès de ces assises... c'est aussi grâce à Collectivité Territoriale de Martinique en sa qualité de co-organisatrice de ces ateliers avec l'Etat. Une bonne collaboration avec le préfet pour l'intérêt de la Martinique qu'a saluée Alfred Marie-Jeanne, le président du Conseil Exécutif.
Il déclare en substance que ce ne sont pas les idées, les projets, les atouts, les compétences qui manquent, mais ce sont les moyens qui nous manquent par ces temps de vaches maigres. Concrètement la synthèse des contributions, mises en forme par le cabinet martiniquais Cayribe, est remontée sur Paris. Parallèlement à cela, un travail sera fait sur la mise en place des propositions. Si beaucoup de propositions sont relatives à la fiscalité (ressources de la CTM, défiscalisation dans le nautisme, dans l'hôtellerie...) il y en a certaines qui peuvent être mises en place localement. Le représentant de l'Etat cite en exemple la Cellule Régionale pour le Bâtiment qui a été instituée il y a une dizaine de jours.
La semaine prochaine, les représentants des exécutifs des Outre-mer, les parlementaires, sont conviés à une réunion à Paris avec la Ministre des Outre-mer sur la méthodologie à mettre en place. Pour Frank Robine, chacun pourra vérifier la mise en oeuvre de ces projets et il s'engage à accélérer ceux qui peuvent l'être localement.
2
VOS COMMENTAIRES
  • alix - 11.04.2018
    Franchement, est-ce impossible pour des "journalistes" d'être autre chose que les chargés de communication des institutions ?!
    Sur une population de +/- 380 000 personnes, affirmer que ce grand bluff, qui a innondé les réseaux sociaux, la communication officielle de la Ministre ......, est un succès avec 1% de participants ?!!!!!! et des propositions émanant d'institutions qui peuvent les mettre en oeuvre qd elles le veulent, c'est prendre les gens pour des imbéciles !
    Le budget alloué à cette vaste fumisterie aurait bien aidé la mise en place d'un VRAI service public de transport !!!!
  • laverite - 11.04.2018

    Commentaire supprimé par la rédaction

  • laverite - 11.04.2018

    Commentaire supprimé par la rédaction

  • DAMBRUN - 11.04.2018
    Des projets, des discours....
    Ici, on ne manque jamais d'idées, jamais de projets, jamais de discours ! Le but du jeu est, très souvent, d'obtenir des subventions car : "ce qui manque c'est les moyens". N'importe qui sait que faire des projets sans avoir les moyens financiers, sans la volonté de les mettre en oeuvre, sans l'acceptation de sacrifices et de travail pour parvenir à ses but est un leurre, une illusion. Quand comprendra-t-on qu'il faut retrousser les manches, passer à l'action, compter sur soi-même et non sur les autres pour parvenir au but ? Ce n'est pas demain ! il n'y a aucun motif de satisfaction à constater que l'on a imaginé, parfois fantasmé des dizaines et des dizaines de projets qui finiront, comme par le passé, dans le sac des projets sans suite. Vive les entrepreneurs, nous en avons assez des fonctionnaires et des politiques qui nous expliquent depuis des années pourquoi, cette fois-ci, ça va marcher !!!
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION