ACTUALITé - SOCIAL

TRANSPORTS - CFTU : enlisement ou porte de sortie ?

France-Antilles Martinique 12.04.2018
RO.L.

8RÉAGIR

CFTU : enlisement ou porte de sortie ?
Richard Marie-Reine, hier, lors de sa prise de parole à l'adresse des taxicos, qui sont environ 300 à desservir le pôle de la Pointe-Simon. (J-M. E./France-Antilles)

Inexorablement, le conflit au sein de la CFTU s'oriente vers sa deuxième semaine. Pour l'heure, chaque partie reste sur ses positions, ce qui laisse augurer un enlisement. Néanmoins, les contacts ne sont pas rompus, en clair de nouveaux rounds de discussions sont attendus dès aujourd'hui. En attendant, le décompte des effets de la paralysie du réseau Mozaïk se poursuit, et d'autres acteurs se manifestent.

L'USET entre dans la danse
La situation actuelle des sous-traitants sortants recalés pour le nouveau marché lancé par la CFTU, a réveillé d'anciennes craintes du côté des taxicos représentés par l'Union syndicale des entrepreneurs de transports (USET), présidée par Richard Marie-Reine : plus que jamais ils ne veulent pas devenir des sous-traitants dans le projet de réorganisation des transports publics à la Martinique, qui devrait être effectif à partir de 2023. Au fond, Richard Marie-Reine profite de la cause majeure du blocage en ce moment du réseau Mozaïk, pour remettre sur le tapis un dossier qui avait été âprement discuté au moment de la disparition prorgrammée de l'ex Conseil général : le montant des indemnités de départ à verser aux entrepreneurs de taxis collectifs dans la perspective de l'arrivée du TCSP. Nous nous souvenons que Josette Manin, à l'époque présidente de l'institution départementale, proposait 80000 euros.
Montant rejeté par l'USET, qui défendait la somme de 150000 euros, en prenant comme critère de référence la valeur du fonds de commerce pour chaque entrepreneur. Les 150000 euros sont toujours réclamés par Richard Marie-Reine de même que l'embauche des « plus jeunes, dont certains sont des salariés » .
Quel impact pour les scolaires ?
« Nou ni asé! » . Gérard Laguerre, président de l'Union Parents Elèves Martinique (UPEM), n'est pas le seul à être exaspéré par les conflits et incidents à répétition sur le réseau Mozaïk, depuis le début de l'année 2 018. Arrêté au lundi 9 avril, le décompte établi par AUTM (Association usagers transports de Martinique), donnait 41 jours concernés par un mouvement de revendication depuis le 1er janvier. Un inquiétant « palmarès » qui se situerait dans le continuité de 2017. Lui aussi a donc ras-le-bol car, une fois de plus, estime-t-il, « ce sont les parents d'élèves les plus démunis qui pâtissent le plus de cette situation, sé yo ki ka pran fè. J'ajoute que nous respectons parfaitement ler droit de tous les salariés à défendre leurs revendications. » Certes, après trois jours de paralysie du réseau des transports publics du centre, l'UPEM n'a pas encore évalué son impact pour les scolaires (par exemple la question de l'absentéisme), mais il est forcément réel car ceux qui résident sur le territoire de la CACEM empruntent les bus de la CFTU, alors que les élèves en provenance d'autres zones utilisent des autobus scolaires.
Les élèves, à l'instar de tous les usagers du réseau, pour parvenir à leurs établissements respectifs, sont réduits au débrouya pa péché, au système D, comme le co-voiturage, qui n'a pas vraiment les faveurs de M.Laguerre, opposé aux « fausses solutions, car le vrai problème est la mise en place sur l'ensemble du territoire, du Nord au Sud, d'un véritable service public de transports » . Toujours est-il que n'ayant pas reçu d'éléments pour intervenir dans le dossier, hormis ceux fournis par les médias, l'UPEM déplore malgré tout « le manque de réactivité des managers dans cette affaire et la lenteur de la réaction des autorités » .
8
VOS COMMENTAIRES
  • zakari - 13.04.2018

    Commentaire supprimé par la rédaction

  • jospin - 12.04.2018
    Pfff a zakari
    Zakari tu éjacule par la tête au contraire il est la pour faire avancer les choses et non le contraire ben si tu veux des feuilles de tôle tu n'a qu'à déposé une demande fait pas ....... au monde au contraire prie pour que les chose puissent avancé correctement!!!!!
  • johnn - 12.04.2018
    indemnité taxico
    Bonjour, si vous faites un travail qui ne vous permet pas de payer vos charges sociales, il faut laisser ce travail et chercher autre chose a faire.Les boulangers pâtissiers vont disparaitre du paysage martiniquais a cause des charges sociales élevées. Leurs matériels sont saisis et vendus aux enchères.Cette activité demande beaucoup de main d’œuvre, les employés se retrouve avec une indemnité de faillite d'entreprise et après plus rien.il faut arrêter le blablabla et payer vos charge social, la CTM ne pourra pas donner 150000 euros a chaque corps de métier qui n'aurait pas payer ses charges sociales. RSI et les niveaux de retraite c'est autre chose.
  • BIGRE - 12.04.2018
    Arrêtons de payer des fainéants !!!
    Pour la bonne marche de la société française, martiniquaise il faut arrêter de suite de payer les fainéants,les jours de grève.
    Obligeons le travail obligatoire pour prétendre avoir un salaire etc...
    Les conneries cela suffit passons aux choses sérieuses le travail !!!
  • zakari - 12.04.2018
    @DAMBRUN
    Concernant le TCSP, il faudra attendre décembre 2020 pour voir un changement avec le départ souhaitable AMJ à la présidence de la CTM.
    Avant les élections de décembre 2015 pour la présidence de la CTM j'avais (avec d'autres) mis en garde sur plusieurs forums d'une élection de Marie-jeanne qui serait catastrophique pour le développement de la Martinique.
    Les martiniquais pour quelques feuilles de tôles qu'offre AMJ ont voté pour lui alors qu'il allait avoir 80 ans et que sa gestion pendant 12 ans de la Région est responsable de la mort du tourisme (fermeture de nombreux hôtels) et départ massif de la jeunesse diplômées.
    Les martiniquais sont responsables de cette situation, au prétexte que AMJ "ka ba moun lajan pou ayen", sa fameuse politique du guichet.
  • bison - 12.04.2018
    La retraite
    Le départ à la retraite se prépare, et avec la prime de retraite à 150 000€ qui dit mieux !
    C'est comme au LOTO !
  • DAMBRUN - 12.04.2018
    Attendez !
    Avant de parler des indemnités qu'il faudra payer aux taxicos à l'arrivée du T.C.S.P. attendez-donc que ce dernier fonctionne ! En cas de "plantage" (très probable) du T.C.S.P. vous serez bien heureux d'avoir recours aux vieux bons taxicos pour utiliser les voies jamais utilisées par T.C.S.P. - A propos, avez-vous des nouvelles de ce dernier ? Peut-être que je me trompe et que très, très prochainement, nous allons voir ce magnifique serpent de mer sortir de son parking du Lamentin !
  • DAMBRUN - 12.04.2018
    Service public ?
    Depuis des années deux constats s'imposent : 1° Les services publics de transport sont souvent paralysés où inefficaces. 2° La population sait que les taxicos ont toujours rendu des services convenables. Pourquoi cette différence ? Le petit patron qui conduit son taxico ne gagne rien si il ne va pas au travail. Le salarié du public sait que très souvent, quand il sera en grève, il touchera tout de même son salaire. De plus, un patron qui risque son argent dans son affaire sera toujours plus efficace, plus responsable, qu'un salarié fonctionnaire qui ne rend des comptes qu'à des élus qui le regarde toujours comme un électeur avant de le considérer comme un salarié devant faire son boulot !
  • mouche Corbillard - 12.04.2018
    En mode : Taquin
    Moi je vote pour :

    -Enlisement
    -Enfouissemeent
    -Enracinement
    -Endurcissement

    La Martinique Avance à reculons ! 2 pas en avant pour 4 pas en arrières

    Lavérité a dit un jour que l'embleme de la Martinique est le colibri : oiseau qui effectivement dépense énormement d'énergie pour faire du surplace.
    Et il a RAISON sur ce coup là.

    Punaise je cite lavérité maintenant mon cas est de plus ne plus grave :-).
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION