0RÉAGIR

ACTUALITé - SOCIéTé

« Barber Gé » : un Martiniquais coiffeur de stars

Cela fait 4 ans qu'il a ouvert son salon de coiffure au pied du Stade de France (Saint-Denis) et depuis, de nombreuses stars s'y rendent. Avec 18 000 abonnés sur les réseaux sociaux, Gérald Lérandy, alias « Barber Gé », s'est créé une véritable notoriété. En vacances au pays, le Martiniquais de 38 ans s'est confié sur ce succès et ses projets.

Vous avez commencé à coiffer en 1996. Comment avez-vous débuté ?
Au tout début, c'était vraiment un passe-temps. En fait, on avait un coiffeur de quartier et quand il est parti au service militaire, j'ai plus ou moins pris la relève. J'ai commencé à coiffer les copains, les cousins, et ensuite c'est réellement devenu une passion. De fil en aiguille, je me suis fait la main mais c'est vrai que je n'ai jamais pensé à en faire mon métier. Je faisais ça sur mes heures perdues pour dépanner les amis et la famille. Un peu plus tard, au début des années 2000, alors que je travaillais à Sainte-Marie en tant qu'agent de médiation, je faisais des petits jobs de coiffure le week-end, juste pour arrondir les fins de mois.

À quel moment la coiffure est-elle devenue votre métier ?
En 2005 j'ai décidé de tenter l'aventure métropolitaine, sans vraiment me projeter sur la coiffure. Je cherchais du travail et j'ai eu une proposition chez un coiffeur. Alors j'ai intégré ce salon de coiffure situé dans le 93, à Stains, et c'est là que tout a commencé. J'ai appris à en faire ma passion et mon métier. Je me suis fait une clientèle qui, jusqu'à maintenant, m'est fidèle, et depuis 2013, j'ai ouvert mon salon de coiffure.

Comment avez-vous eu l'opportunité de vous faire connaître dans le monde du football ?
Le première star que j'ai coiffée était un joueur de foot, Djibril Cissé. C'était en 2006, je connaissais un de ses coéquipiers (Ronald Zubar) et il avait fait appel à moi pour sa coupe d'avant-match, une finale de la coupe de France. Il m'a donc présenté Djibril, valeur montante du football à l'époque et l'homme adepte des coupes excentriques… et je l'ai coiffé. Ce n'est pas passé inaperçu puisque, ce jour-là, il a marqué deux buts de la tête ! Ce fut un gros coup de pub et vraiment le début de cette carrière de coiffeur de VIP.


« Ouvrir un salon de coiffure en Martinique, pourquoi pas? »

Réussissez-vous à rester humble malgré ce succès auprès des stars ?
Oui parce que moi je ne suis pas une star. Tant mieux si ça fonctionne mais ma clientèle de tous les jours est aussi importante que ma clientèle VIP. C'est justement grâce à elle que j'apprends des choses, que je me perfectionne et que je lance des tendances. C'est par rapport à ça que les footballeurs me font confiance également. Le plus important c'est juste de profiter de ces moments-là, mais en gardant les pieds sur terre.

Certains clients vous surnomment le « Christian Dior de la coiffure », ça vous flatte ?
Je ne vais pas m'en cacher, oui bien sûr. Les clients m'appellent souvent de cette façon, donc je ne peux pas répondre par la négative. Il faut rester humble mais reconnaître les choses, être réaliste. Et j’insiste particulièrement sur le côté artistique qui séduit. Je n'aime pas trop en parler car on croit que je me la raconte, mais les preuves sont là. S'ils me font confiance depuis des années, c'est qu'il y a un talent quelque part donc c'est ce qu'il faut mettre en avant.

Comment définiriez-vous votre parcours ? Est-ce le destin, le hasard ou un don ?
Je dirais que ça a commencé par un hasard, maintenant j'estime que j'ai aussi le don. C'est un peu de tout au final. Je n'aurais jamais pensé en arriver là. Je rentre au pays chaque année, et ça fait du bien de voir que mes parents sont très fiers.

Avez-vous d'autres projets qui vous tiennent à coeur ?
Pourquoi pas ouvrir un salon de coiffure en Martinique... Mais j'aimerais surtout faire part de mon expérience, transmettre mon savoir à la jeunesse martiniquaise. J'estime que c'est un parcours magnifique car je réalise des rêves.
J'ai le privilège de vivre ça, donc je voudrais montrer aux jeunes qu'avec une passion, et avec ses deux mains, on peut réaliser des choses qui sont vraiment extraordinaires. On peut arriver à de belles choses. Il suffit de croire en soi-même et de mettre son don en avant.
------
Un amoureux du foot...
Barber Gé a eu l'occasion de coiffer des artistes comme La Fouine, Maitre Gims ou Gradur. Il s'occupe également de basketteurs, handballeurs ou mannequins mais il s'est véritablement créé une popularité dans le monde du football, sport qu'il affectionne particulièrement.
Plus jeune, il était lui-même footballeur en section jeune de la sélection de Martinique et à la Samaritaine.
Il a comme projet d'organiser un jour un match de foot en Martinique avec les joueurs de foot qu'il coiffe. « Je pense que ça ne peut être que positif pour la Martinique, ça peut même être bien pour le tourisme puisque si la star vient ici, ça peut attirer des gens, mais il faudrait que les partenaires suivent ».

0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION