ACTUALITé - SPORTS

AN NOU VRÉYÉ VWEL! - Rosette/Orange champion du monde 2017!

France-Antilles Martinique 08.08.2017
Bruno CAYAU

0RÉAGIR

Rosette/Orange champion du monde 2017!
Malgré le retour d'UFR/Chanflor et de Zapetti/L'Appaloosa lors de la 5e étape, Rosette/Orange a maîtrisé cette 33e édition. Même une voile déchirée n'a pas remis en cause la victoire de l'équipage franciscain. (Wilfrid Tereau/France-Antilles)

Rosette/Orange a conquis la tunique rouge de leader dès le prologue. Après un léger relâchement en milieu de Tour, les Franciscains ont remis la machine en route pour finalement remporter l'épreuve avec une très confortable avance. Retour sur la 33e édition d'un Tour plein de rebondissement.

1. Rosette/Orange domine outrageusement le début du Tour
Les grandes offensives commencent dès le prologue. Zapetti/l'Appaloosa, le vainqueur 2016, veut se montrer dès le premier jour et arbore une grande voile. Les hommes de Loïc Mas qui menaient les débats coulent sous les coups de boutoir du vent. Rosette/Orange l'emporte devant la surprenante équipe de Mr Bricolage/Smart. Les Franciscains récidivent le lendemain aux Anses-d'Arlet après un superbe mano à mano avec UFR/Chanflor. Ako Amalir assoie davantage sa domination en remportant une deuxième étape consécutive au Marin. UFR/ Chanflor connaît un jour sans et est reléguée à près d'une heure.
2. UFR/Chanflor revient dans la course
Mercredi la flottille doit rallier la commune du Vauclin. UFR/ Chanflor domine de bout en bout cette étape semée d'embûches. En effet, les Robertins ont survolé les débats jusqu'au Vauclin, Rosette/ Orange prend la deuxième place à plus de treize minutes. Félix Mérine remet ça le lendemain, en remportant, dans son fief, sa deuxième victoire de rang. Les Franciscains concèdent six minutes de plus lors d'une étape très pluvieuse qui n'a enregistré aucune avarie, toutes les yoles étant rentrées dans une fourchette de trente-deux minutes.
3. Le maillot rouge se donne des frissons
La flottille doit passer la caravelle le vendredi, Zapetti/L'Appaloosa passe à l'offensive et remporte cette cinquième étape avec une grande maîtrise. Le porteur du maillot rouge donne énormément de frayeurs à ses supporters en se positionnant en arrière de course durant toute la journée. Ako Amalir et ses hommes ont même pointé à la dernière position au passage à la passe de l'Écurie. Ils se sont quelque peu ressaisis en fin de parcours mais ont concédé plus de douze minutes à une peu encourageante huitième place. Les positions se resserrent au classement général puisque Zapetti/L'Appaloosa ne compte plus que quinze minutes et UFR/Chanflor est revenue à une demi-heure.
4. Rosette/Orange frappe un grand coup
Lors de l'avant-dernière étape, les coursiers, déjà éreintés après six jours de compétitions, doivent contourner le grand Nord. La flottille arbore des voiles relativement grandes pour une étape si difficile. Les seules embarcations à ne pas avoir dessalé lors de cette étape dantesque, sont Rosette/Orange et Alu Destock/Eden Phone qui prend la deuxième à Saint-Pierre. Bien que franchissant la ligne avec une voile déchirée, les Franciscains font une démonstration, leur nouveau dauphin UFR/Chanflor pointe désormais à près d'une heure au classement général. Les adversaires sont résignés, le Tour est joué.
5. Cottrell/GFA la der, Rosette/Orange le Tour
La victoire étant déjà promise à Rosette/Orange, c'est le gain de la dernière étape qui motive les coursiers dimanche. Un quatuor composé de Zapetti/L'Appaloosa, Rosette/Orange, Cottrell/GFA et UFR/Chanflor anime l'ultime étape du Tour 2017. Au final, Cottrell/GFA se montre plus véloce et franchit la ligne d'arrivée en première position à Fort de France. Rosette/Orange troisième, à un peu plus de 8 minutes et remporte, haut la main, la 33e édition du Tour de la Martinique de yoles rondes. Rosette/Orange remporte l'épreuve pour la dixième fois et Jacques « Ako » Amalir son deuxième tour en tant que patron.
UFR/Chanflor était revenue à la deuxième place. Mais lors de l'étape entre Trinité et Saint-Pierre, c'est le dessalage de trop. Les Robertins comptent à nouveau près d'une heure de retard sur Rosette/Orange. (Wilfrid Tereau/France-Antilles)
L'avis de l'expert...
(Wilfrid Tereau/France-Antilles)
HONORÉ LAVALY, coordinateur technique du Tour : « L'effet Venturi a encore frappé »
Concernant, l'étape de samedi (Trinité/Saint-Pierre), on a de cesse de répéter que si le vent est à 5 noeuds ailleurs, il est à 25 noeuds à Grand-Rivière. Il y a des gens qui ont pris beaucoup de risques. D'autres ont eu de la chance dont Rosette/ Orange avec sa voile déchirée. Elle était sous-pression. En revanche, beaucoup de yoles ont coulé parce qu'elles avaient trop de voile. Rosette/Orange a gagné avec beaucoup de panache. C'est toujours une étape piégeuse, tant que les gens ne comprendront pas qu'il y a une accélération du vent le long de la côte, appelée « Effet Venturi » . En conclusion, sur cette étape Trinité/Saint-Pierre (ou Prêcheur), il faudra éviter les grandes voiles. Dimanche, la 7e et dernière étape Saint-Pierre/Fort-de-France, a été une belle étape, avec beaucoup de navigation. Certaines yoles ont bénéficié du va-et-vient de quelques nuages. Ça a été une très belle victoire de Cottrell/GFA Caraïbes qui, sur un bord, surprend UFR/Chanflor. En final, belle victoire de Rosette/Orange, avec 30% de chance. Il y a longtemps qu'une yole neuve n'avait pas gagné.
« IL MANQUE UNE BONNE LECTURE DES PLANS D'EAU »
Le bilan du 33e Tour va aux équipages jeunes et à la révélation, Mr. Bricolage/Smart. Cependant, au niveau des équipages, il manque une bonne lecture des plans d'eau. Pas de stratégie au départ mais en fonction des plans d'eau qu'on aura. On peut citer par exemple, Brasserie Lorraine/Energies Nouvelles (Vauclin/ Marin). De même sur la dernière étape au niveau du Cap Enragé (Case-Pilote). Il faut ce petit plus dans les associations. Il faut toujours réfléchir. Aux associations de former des jeunes chaque année dans chaque équipage. C'est à partir de là qu'on gagnera.
Le coup de gueule de l'expert... : « Irresponsabilité et du « je-m'en-foutisme » »
Au niveau de la sécurité, je déplore très fermement le comportement des bateaux à moteurs. Les « pilotes » sont vraiment des irresponsables. C'est du « je-m'en-foutisme » par rapport aux yoleurs. Je me demande qui leur a donné leur permis. Et pour finir, je dirai que les yoleurs ne sont pas remerciés à leur juste valeur, après tant d'étapes et d'efforts. Et surtout, après cette avant-dernière étape qui a été catastrophique pour tout le monde.
Propos recueillis par Léonce Bertot
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION