ACTUALITé - A LA UNE

Cftu : de probables remous dans les prochains jours

France-Antilles Martinique 03.12.2018

1RÉAGIR

Cftu : de probables remous dans les prochains jours

Huit jours après la fin mitigée du conflit de la CFTU et la CGTM concernant les réparations sur les bus et les distributeurs automatiques de titres, voilà les membres du groupe Transcapital (anciens du groupe de transport GET) qui montrent des signes d'agacement.

Après leur grève d'avril 2018 qui avait duré quasiment un mois, plusieurs promesses leur avaient été faites. Mais aujourd'hui « le président de la CFTU ne semble pas vouloir donner suite à ses engagements » raconte Michel Jean Pognon, président de Trans-capital. Jusqu'ici la créance de 41 000 euros n'a toujours pas été versée à ces anciens du transport de Fort-de-France qui avaient été évincés de l'attribution de marché fin 2017. Ce que Michel Jean Pognon ne comprend pas c'est que « la CFTU ne s'empresse pas de mettre en place le marché de précaution nous permettant de mettre à leur disposition la quinzaine de bus neufs dont nous avions fait l'acquisition, pour pallier leur manque de bus sur le réseau et remplacer les bus en panne. Aujourd'hui, comme l'ont montré les quinze jours de conflit qui viennent de se terminer, ils ont plus de 20 bus immobilisés parce qu'ils sont trop vieux et ils n'ont pas assez de bus. Le maire de Fort-de-France, qui fait office de médiateur sur ce dossier, a demandé à ce que les contrats de location soient rédigés par la CFTU dans le cadre de ce marché de précaution. Ils sont prêts, mais nous n'avons plus aucune nouvelle du président de la CFTU : le marché n'est toujours pas lancé. »
Agacés, les membres de Transcapital se sont réunis hier soir, à l'heure où nous bouclions cette édition, pour décider d'une réponse adaptée à ces mesures qui traînent trop en longueur, selon Michel Jean Pognon : « Nous allons faire le point car il se trouve que la CFTU est encore en alerte sociale par rapport au droit de retrait exercé en novembre dernier. Nous, à Transcapital, nous allons fort probablement repartir en grève, avec une population qui en a déjà marre, mais aussi des chauffeurs qui n'arrivent pas à joindre les deux bouts et sont eux aussi en souffrance. »
1
VOS COMMENTAIRES
  • alix - 04.12.2018
    La CFTU est trop occupée à chouchouter ses brillants collaborateurs !
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION