ACTUALITé - A LA UNE

La Martinique attend les décisions d'urgence

France-Antilles Martinique 12.06.2018

4RÉAGIR

La Martinique attend les décisions d'urgence
Première réunion opérationelle hier soir en préfecture. (J-M.E./France-Antilles)

Nicolas Hulot, Ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire et Annick Girardin, ministre des Outre-mer, sont arrivés hier soir en Martinique. Les premières décisions pour présenter un « plan national de lutte » contre les sargasses seront dévoilées.

Dès leur descente d'avion, les deux ministres se sont rendus en préfecture pour une réunion des principaux acteurs de l« Etat du Centre Opérationnel Départemental et Zonal sur la problématique des sargasses.
Les premières visites de terrain se dérouleront ce matin au Diamant en début de matinée puis au Robert notamment.
À noter que les ministres s'arrêteront également au François pour y visiter l'entreprise Holdex spécialisée dans la valorisation des sargasses.
Hier, en Guadeloupe, les ministres ont fait part de leur volonté de traiter l'urgence : « Il faut d'abord des mesures d'urgence pour faire face à la situation exceptionnelle de cette année et une stratégie pour définir un plan comme il existe le plan Polmar. L'objectif que l'on s'est fixé est que pour les zones habitées, tout échouage soit traité dans les 48 heures. Nous allons apporter des moyens financiers en terme d'investissement pour qu'on ait les équipements pour prévenir l'arrivée des sargasses. Avec des moyens satellitaires, on peut entre autres, savoir à quel moment et plus précisément il faut mettre en place le plan pour le ramassage et les moyens techniques. »
Investir dans la recherche et informer la population font également partie des priorités : « Nous devons répondre à un certain nombre de questions qui restent sans réponse. Est-ce qu'on peut valoriser ces sargasses ? Sont-elles toxiques ? Si elles le sont, à partir de quelles molécules : chlordécone, arsenic ? À partir de ce moment, on pourra savoir quelles peuvent être leurs utilisations...Sur un plan sanitaire, il faut qu'on engage plus de moyens pour connaître la dangerosité des sargasses, informer en temps réel les populations, valider ou infirmer les inquiétudes. »
Sur le terrain avec les élus et riverains guadeloupéens.
4
VOS COMMENTAIRES
  • BIGRE - 13.06.2018
    En France et les DOM TOM remettons le travail obligatoire pour tous de 18 à 60 ans.
  • bison - 13.06.2018
    Bigre
    Le leader Maximo a fait 3 tours dans sa tombe, car il retrouve son idée des champs de canne !
  • bison - 13.06.2018
    Question
    Qui pourra arrêter les sargasses, les deux ministres n'y peuvent rien, la nature peut défier l'homme à long terme.
    Pour le moment c'est: "Chaillé d'lo en panié"
  • BIGRE - 12.06.2018
    Les élus, les dirigeants, les responsables en Martinique ont tous pour régler les problèmes des sargasses à savoir :
    Les moyens humains (70000 personnes qui sont déjà rémunérés) avec les effectifs des personnels communaux et territoriaux !!!
    Oui la région Martinique n'a pas à demandé des finances publiques supplémentaires à l'état français.
    Il suffit de mettre tout le monde au travail afin de ramasser les sargasses, les ordures et déchets ménagers etc...
    Mais surtout de faire payer par des amendes les pollueurs, les gestes d'incivilités etc...
    Les mauvais citoyens martiniquais doivent répondre de leurs actes par la justice française.!!!!
    Les bons citoyens français n'ont pas à payer les pots cassés des fautes des autres !!!
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION