ACTUALITé - A LA UNE

MOBILISATION - Un acompte sur salaire pour les AESH

France-Antilles Martinique 29.11.2018
R.R.

3RÉAGIR

Un acompte sur salaire pour les AESH
Une délégation s'est rendue devant le Rectorat hier matin. (J-M.E./F-A.)

Cela fait trois mois que les personnels s'occupant des élèves handicapés dans l'Education Nationale n'ont pas perçu de salaire. Hier, après avoir été reçus avec leur syndicat SE-Unsa, ils ont obtenu le déblocage d'un acompte de 700 euros avant une nouvelle réunion de concertation avec les autorités académiques.

« Nous sommes harcelés par nos propriétaires, nos banquiers et nous ne pouvons plus faire d'essence... » Les personnels Assistants d'Education et de Service aux Handicapés (AESH) au sein des établissements scolaires (primaires, collèges et lycées) sont aux abois depuis le mois de septembre. Et pour cause, ils attendent leur premier salaire depuis la rentrée. Une situation intenable qui a conduit une délégation d'entre eux devant le Rectorat hier matin. Soutenue par le SE-Unsa, la délégation a été reçue par le Directeur de cabinet du recteur. Une mobilisation qui a permis une première avancée puisqu'un acompte de 700 euros a été versé pour certains et le sera pour la totalité des AESH cette semaine.
Ces personnels qui assistent les professeurs dans les classes accueillant un ou plusieurs élèves handicapés sont des rouages fondamentaux dans la volonté gouvernementale d'intégrer, au maximum, les enfants en milieu scolaire ordinaire en fonction de leur handicap. Seul, un professeur ne peut assurer cette tâche et les AESH lui sont d'un secours précieux pour le maintien de l'élève handicapé au niveau de ses camarades.
« INACCEPTABLE ET INDIGNE »
Au sein de l'académie de Martinique, ces personnels, environ 350 payés par le Rectorat, sont essentiellement des femmes représentants toutes les catégories d'âge ainsi que de niveaux de formation très divers.
Ils font partie du lot de personnels non titulaires de l'académie. Tous ces personnels ont participé il y a quelques jours, à une réunion initiée par le SE-Unsa et qui a notamment mis en exergue cette situations AESH. Une réalité jugée « inacceptable et indigne » par Marie-Michelle Toussaint, secrétaire générale de cette organisation syndicale des personnels de l'éducation.
En dehors de l'acompte obtenu, les porte-parole de la délégation reçue hier ont également fait état d'un engagement de l'administration de solde de ces arriérés de salaires pour la fin du mois de décembre ainsi qu'une rencontre avec les services sociaux du Rectorat d'ici le 13 décembre prochain.
3
VOS COMMENTAIRES
  • P.R.1955 - 30.11.2018
    réveil
    ils viennent juste de se réveiller
    trois mois pour réagir
    ça s appelle la lenteur légendaire des martiniquais
    un salaire non perçu le dernier jours du mois
    doit entraîner automatiquement un arrêt du travail immédiat
    quand vous aurez compris cela vous évoluerez
  • Cupcake - 30.11.2018
    Là c'est une bonne raison pour grever.
    Pas comme ces feignasses de chauffeurs Mozaik!
  • dani972 - 29.11.2018
    undefined
    Une aberration de plus en Martinique! Ces personnes touchent des salaires très bas, et on les paie en plus avec du retard. Est-ce que le préfet touche son salaire avec 2 mois de retard???
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION