ACTUALITé - A LA UNE

CTM - Un premier schéma territorial en plénière

France-Antilles Martinique 19.05.2017
G.Gallion

0RÉAGIR

Un premier schéma territorial en plénière
(W.T./Archives France-Antilles)

Lors de la première journée de la plénière du mois, les élus de l'Assemblée ont examiné entre autres dossiers, le nouveau schéma territorial de développement économique d'innovation et d'internationalisation (STDEII).

C'est la première étape du plan d'aménagement et de développement durable que la CTM aura à mettre en place bientôt, et c'est par la déclinaison de son schéma territorial de développement économique qu'elle ouvre ce cycle. Un texte plus prospectif que programmatique. « Ce schéma propose des passerelles, s'agissant du volet social, notamment avec le schéma d'autonomie, l'enjeu étant de créer la meilleure jonction possible entre les bassins d'emplois et les productions identifiés dans le STDEII » , stipule le rapport présenté par Marinette Torpille, conseillère exécutive en charge du développement économique.
C'est alors vers un nouveau modèle économique de développement pour la Martinique que l'exécutif se dirige. Ce qui se décline par l'orientation des financements vers la structuration en filières, autrement dit « améliorer l'efficacité des financements publics » . Et il s'agit aussi de définir une stratégie de conquête à l'international sur des « activités à haute valeur ajoutée » . Des priorités bien dans l'esprit d'une approche prospective qui n'exclut nullement de définir les zones d'activité et leur contenu. Pour cela, le schéma devrait s'appuyer sur la valorisation de l'agro-environnement, une organisation précise des bassins de production, sans oublier de s'appuyer sur l'économie bleue et le tourisme. Des secteurs d'activité qui en terme de valeur ajoutée, ne sont pas à négliger, du moins dans l'esprit des élus de l'Assemblée de Martinique.
C'est ainsi que pour le tourisme, le schéma propose des espaces d'aménagement touristique (EAT), ainsi que des zones de mouillage organisées. Tous ces facteurs sont alors soulignés comme des vecteurs de meilleure attractivité territoriale, apte à inciter les investisseurs martiniquais et internationaux à jouer le jeu.
EPMN S'ABSTIENT
Un schéma qui se veut ambitieux mais qui n'a pas fait l'unanimité sur les bancs de l'Assemblée de Martinique. Au-delà, de l'examen des différentes commissions sectorielles de la CTM et leur approbation, c'est surtout les réticences de l'opposition à partager l'analyse qui met en exergue l'absence d'une plus large concertation. « Voilà un texte qui n'a fait l'objet d'aucun débat dans les commissions, ni d'une approche plus partagée » , remarquait Catherine Conconne, élue d'EPMN. Fred Lordinot, membre du même groupe et vice-président de l'Assemblée, ira jusqu'à regretter l'absence d'une vraie mobilisation de l'ensemble des élus en amont de cette séance. « Nous sommes à l'ère du faire ensemble et du transpartisan, avec l'arrivée du président Macron » , ironisait-il. Mais plus économiste, il allait mettre l'accent sur les approches analytiques différentes que porte son groupe, pour mieux souligner ce qu'il estime être les manques de ce texte. « Aider les entreprises, c'est alléger les charges mais aussi le capital. L'un ne peut aller sans l'autre, si on veut viser un positionnement à l'international qui soit fiable. » Ce que Yan Monplaisir, n'allait pas démentir, mais qui plus précisément, posait le problème de la capacité des entreprises à répondre aux défis de ce schéma. Un début de débat macroéconomique. Etait-ce suffisant pour permettre un vote unanime du STDEII ? Trop prospectif ou pas assez ? Au final, les élus du groupe EPMM ont préféré s'abstenir, laissant la majorité l'adopter.
Navette maritime Case-Pilote/ Fort-de-France officialisée
C'est lors de la plénière d'hier que l'Assemblée de Martinique a entériné la délégation de service public maritime sur la ligne Case-Pilote/ Fort-de-France.
Si elle entre dans le périmètre de la politique globale de transport de la CTM, il fallait néanmoins un accord de l'Assemblée pour que la convention liant le prestataire (Compagnie martiniquaise de navigation SAS) et la Collectivité soit validée.
Ce qui a été acquis à l'unanimité des élus. De ce fait, les usagers du Nord-Caraïbe pourront emprunter un transport maritime au départ de la commune de Case-Pilote, à heure fixe et avec des rotations régulières. Les parkings déjà achevés étant opérationnels, et le dossier des taxis collectifs de la commune sur la voie d'une finalisation partagée, c'est au début du mois de juin (la date du 2 juin a été finalement retenue hier soir), que l'inauguration de cette ligne maritime devra être présidée par Alfred Marie-Jeanne.
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION