OPINIONS - TRIBUNE

Les effets des mesures ministérielles sur la réussite de nos jeunes

France-Antilles Martinique 09.11.2017

0RÉAGIR

Considérer la Martinique au même titre que les autres académies de France métropolitaine, pour définir l'octroi des moyens assurant l'efficacité de l'éducation est une chose. Cependant, c'en est une autre, de prendre pour référents, des éléments d'analyse probants et cohérents. Dans quelle mesure les décisions prises en faveur de l'éducation impactent-elles la réussite scolaire à la Martinique ? Quelles variables entrent dans l'analyse de l'impact de ces décisions sur les conditions d'apprentissage, la réussite, l'insertion professionnelle durable des jeunes martiniquais ?
Ne risque-t-on pas, en se cantonnant à la seule vision comptable, de s'éloigner de la complexité de la question ?
Pour définir les mesures ministérielles garantissant la réussite scolaire, les statistiques et l'analyse de données sont des sources d'information utiles. D'année en année, des éléments chiffrés affichent de manière éclairée, « l'image de l'éducation » à la Martinique. Ces indicateurs sont-ils utilisés pour définir les politiques éducatives ?
La réalité démographique, l'insertion sociale et professionnelle des jeunes constituent des enjeux majeurs en termes d'analyse.
D'autres indicateurs, la précarité des parents, facteur déterminant dans la sortie sans diplôme, le nombre croissant de chômeurs donnent des éléments de comparaison (ANTIANE).
Pour garantir la démocratisation de l'éducation, lutter contre les inégalités de parcours scolaires, et trouver une réponse adaptée : capital social, devenir social, et destin économique de chaque élève, font sens. Violence, phénomènes de pauvreté et cas sociaux, sont en nette augmentation.
Le décrochage scolaire, autre indicateur montre que trop de jeunes se retrouvent sur le chaos.
Les données sont-elles suffisamment utilisées et à quelles fins, si on veut éviter les abandons ? S'inscrire dans un plan de développement et de redynamisation, un niveau de formation pour une insertion professionnelle durable, impliquent une nouvelle approche de l'éducation. C'est repenser dans son ensemble, la construction de l'école à la Martinique. C'est garantir, la poursuite et l'approfondissement d'un travail en partenariat, des objectifs de formation clairement définis, associant l'ESPE, l'Université des Antilles, le pôle culture, les référents réussite scolaire, la société civile, les parents d'élèves.
UN ECHO FAVORABLE DU MINISTERE
Ces éléments d'analyse, présentés à l'appui de nos demandes au ministre de l'éducation nationale, à l'audience du 4 novembre ont reçu un écho favorable, à savoir :
La création d'un observatoire de la réussite scolaire et de l'insertion professionnelle Les moyens pour une école plus inclusive et l'accès à la culture Les possibilités de mettre en oeuvre des expérimentations.
L'accompagnement de nos projets par des hauts fonctionnaires qualifiés, soucieux de la réussite, impose le maintien de ceux qui portent haut, nos espoirs pour la jeunesse martiniquaise. Outre ces hauts fonctionnaires, d'autres acteurs concourent à la réussite des élèves : administratifs, personnels de direction, santé, sociaux. Ils ? uvrent au quotidien pour permettre l'atteinte des objectifs académiques.
L'accent a été mis sur les locaux du rectorat. Ni la réhabilitation ni la mise aux normes ne seraient la solution. De nouveaux locaux positionnés au centre de l'île offriraient un accès pratique aux usagers et de meilleures conditions d'accueil et de travail. Quant aux suppressions continues de postes de personnels administratifs, les critères appliqués au niveau national ne sont-ils pas inadaptés aux académies monodépartementales ?
Le bâti scolaire est en très mauvais état. Les conditions d'accueil des élèves dans les locaux fortement dégradés ont imparablement un impact sur les résultats.
Voilà les réflexions soumises au ministre, qui se fera notre relai quant à la situation de l'Université des Antilles, continuum dans la réussite de notre jeunesse
Mireille Jacques, SG UNSA education
Sandra Symphor, SG adjointe
UNSA Education/ SGA et I'UNSA
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION