OPINIONS - TRIBUNE

PNRM : vers un bis tragique ?

France-Antilles Martinique 09.03.2018

2RÉAGIR

Tout le monde doit le reconnaître : en tirant la sonnette d'alarme, les syndicats CDMT et CGTM au PNRM veulent éviter la relance d'un conflit risquant de s'apparenter plus à la tragédie qu'à la farce grotesque.
Le 27 décembre 2017, donc il y a deux mois, les syndicats ayant conduit la grève signaient avec le président de l'institution un protocole de fin de conflit. La présence de la directrice de la DIECCTE et des représentants du CHSCT à cette signature paraissait une garantie de sincérité et une promesse d'application diligente d'un texte ayant demandé deux mois et demi d'une grève active aux multiples rebondissements.
Aujourd'hui, toutes les personnes intéressées à un retour à la sérénité pour un fonctionnement normal du Parc sont face à une question simple et incontournable : est-il imaginable que le scénario recommence ?
C'est bien pourtant ce qui va arriver si l'accord signé n'est pas appliqué. À un courrier des syndicats appelant à cette application sans délais, le président Louis Boutrin répond en reprenant les mêmes sornettes proférées avant la signature sur... les syndicats non représentatifs!
Non seulement aucun rendez-vous ne nous est accordé à ce jour pour la définition des modalités de la mission de l'association des médiateurs ou de l'ARACT, comme prévu par l'accord, mais en plus des sanctions détournées (exclues par l'accord autant que par les promesses redondantes du dit président) frappent les ex-grévistes : non-renouvellement de contrats y compris frappant des travailleurs expressément mentionnés dans l'accord , élimination d'agents dont disposaient certains responsables « coupables » d'avoir fait grève.
LES PROBLÈMES CONTINUENT
Pire encore - si on peut dire - un accident du travail (trouble psychologique sévère lié à des actes précis) frappe un membre du personnel, tandis qu'une autre déjà atteinte d'une grave maladie se trouve confrontée à un courrier pour le moins vexatoire.
Comme quoi, quand la discrimination s'installe, l'inhumanité n'est jamais loin.
Ces informations, nous les livrons sans plaisir mais aussi avec la fermeté qui s'impose. Après la grève, la souffrance au travail dénoncée pendant la grève se poursuit voire s'accentue avec la circonstance aggravante de la discrimination. Quel syndicat digne de ce nom pourrait le supporter ? Pendant plusieurs semaines on a voulu réduire la grève au problème du licenciement injuste de Ronald Brithmer. Il n'est plus là ; les problèmes eux continuent. Cela doit cesser.
Trop c'est trop. Les flagorneurs de tout acabit pourront parler si ça leur plaît de « politisation » , sans même se rendre compte que cette chansonnette ridicule a perdu toute crédibilité. Cela ne nous empêchera pas de demander publiquement à l'ancien dirigeant de la CSTM Daniel Marie-Sainte son avis sur ce déni du droit du travail, à l'ancien responsable placardant fièrement hier « man sé yich an bonn » ce qu'il pense de ces cas de souffrance au travail sous l'autorité d'un de ses lieutenants pas parmi les plus anciens mais sans aucun doute parmi les plus zélés. Quoi qu'il en soit nous n'avons aucun doute de ce que pensera l'opinion publique de cette situation scandaleuse. Un sursaut de bon sens est-il possible du côté du chef du PNRM ? Nous osons l'espérer. Il est temps d'éviter le bis tragique par l'application d'un accord qui n'est infamant pour personne. Les travailleurs et travailleuses du Parc et au-delà le comprendrons aisément.
Philippe Pierre-Charles, secrétaire général de la CDMT
2
VOS COMMENTAIRES
  • zakari - 11.03.2018
    DMS {Daniel Marie-Sainte}
    "Man sé yich an bonn", Philippe Pierre-Charles cherche visiblement à sensibiliser DMS en le rappelant son passé de militant syndicaliste hystérique des années 80 et 90, mais cela ne marchera pas.
    Aujourd'hui DMS est "ministre" des "infrastructures" [LOL], de la formation professionnelle, et porte parole du gouvernement de Marie-jeanne, il a "oublié" son passé de syndicaliste.
    Cela prouve qu'une chose, il faut se méfier des soi-disant bonnes intentions des populistes.
  • laverite - 10.03.2018

    Commentaire supprimé par la rédaction

  • laverite - 10.03.2018

    Commentaire supprimé par la rédaction

  • zakari - 09.03.2018
    Le pauvre
    Que veut-il, une nouvelle humiliation ?
    Il sait que AMJ est un despote, pourquoi cherche t-il encore l'affrontement ?
    Marie-jeanne montre son vrai visage, celui d'un potentat capricieux, il n'a pas de pitié et si la Martinique était indépendante, il aurait fait pire que François Duvalier ou Amin DADA.
    Si l'île était indépendante, il y a longtemps que Pierre-Charles serait 6 pieds sous terre.
    Marie-Jeanne n'accepte pas la contradiction, il veut que tout le monde soit à ses pieds.
    Je comprends pourquoi les syndicalistes ont voté majoritairement contre l'autonomie en 2010.
    D'ailleurs selon la rumeur, Césaire aurait voté contre l'autonomie en 2003.
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION