OPINIONS - TRIBUNE

Une stratégie collective pour les filières touristiques

France-Antilles Martinique 10.01.2018

1RÉAGIR

Je tiens à apporter un certain nombre d'éclairages aux propos tenus par M. Jean Abrosi dans l'article « Le spiritourisme ne risque-t-il pas de phagocyter le tourisme » paru dans le France Antilles du 21 décembre 2017. Pour qu'il puisse être écrit que notre programme en matière de tourisme « se résume à une visite de distilleries » , c'est que notre orientation plurielle et diversifiée basée sur nos nombreux atouts n'a peut-être pas été comprise.
En premier lieu, il semble opportun de rappeler qu'en 20I7, sous mon impulsion nous avons eu une dizaine de réunions en présence des élus de la CTM en charge du produit touristique, des musées, des offices de tourisme, des communautés d'agglomération, des tours opérateurs, des loueurs de voiture, des excursionnistes, du Coderum et des chargés de dossiers du CMT. La décision a été prise de commencer par le produit rhum et plus précisément par la filière rhum-canne-sucre.
Cette idée a rassemblé tout le monde car ce produit nous permet de tracter toute une économie : les restaurants, les bars, les établissements de nuit, les événements festifs, qui correspondent à nos choix de développement de qualité : la gastronomie, l'hôtellerie, le divertissement... Nous avons fait ce choix parce que ce produit est populaire à l'étranger : les distilleries reçoivent 600 000 touristes par an, soit plus de 67% de nos visiteurs et une augmentation de 40% en 10 ans. Le rayonnement du rhum Martinique nous assure les chiffres concluants et probants suivants :
- le 3e spiritueux le plus vendu au monde ;
- production : 16 millions de litres produits par an dont 12 millions destinés à l'export ;
- emplois : 3 900 directs et indirects ;
- chiffre d'affaires : 500 MEuros/ an. Connaître le produit... cela a été notre priorité, avec la visite de nos hauts lieux de production. Et en même temps, nous avons fait le recensement de toutes les tables, animations, activités et mis l'accent aussi bien sur l'histoire et la mémoire de ce produit que sur le patrimoine architectural, culinaire et historique. Car le rhum n'est pas que la bouteille prestigieuse : le rhum, c'est nous! En qualité de présidente du Comité Martiniquais du Tourisme, moi, Karine Mousseau, en concertation, ai fait ce choix, car le rhum, produit solide, saura nous propulser et nous permettra de mettre en exergue les produits rattachés évoqués. Martinique terre du rhum, afin de faire la différence avec notre rhum AOC unique au monde, la CTM et le CMT unis sur ce projet territorial, accompagnent le Coderum dans cette démarche de conquête pour la destination Martinique.
LES BONS LEVIERS D'UNE RÉVOLUTION
Le rhum est un marqueur fort de la Martinique, une vitrine unique ; cependant avec le conseil d'administration du Comité Martiniquais du Tourisme sous ma présidence, nous avons également défini d'autres priorités majeures à savoir la structuration et la promotion des filières : nautisme, plaisance, tourisme de nature, tourisme d'affaires, gastronomie. Les actions mises en oeuvre reflètent ces choix stratégiques avec par exemple : Une saison nautique très riche présentée lors du Nautic de Paris début décembre - la plongée sous-marine, déjà présente au salon Dema Show en Floride en novembre, et bientôt à Paris lors du Salon de la plongée du 12 au 15 janvier. Tous nos rendez-vous autour de la gastronomie mettent notre terroir et nos professionnels en valeur : Martinique Gourmande au Canada, Taste of Paris à Paris, Opération Facebook sur la gastronomie de Noël... - nos us et coutumes, notre savoir-faire, le travail de nos artisans. Plus de 10 voyages de presse en 2017, avec des retombées médiatiques illustrant l'ensemble des atouts de la Martinique. Il ne s'agit donc pas d'occulter un produit par rapport à un autre, car ils sont complémentaires et contribuent tous au développement touristique de la destination. Il nous importe que toute la population nous accompagne dans ces choix qui nous impliquent tous, institutionnels et privés du secteur touristique. Tous ceux qui participent dès le début avec nous à l'élaboration des meilleures orientations à prendre avec nos produits d'exception.
C'est ce regard sur tous les atouts de la Martinique qui nous intéresse et nous pensons, tous, avoir choisi le bon levier pour opérer cette révolution.
Karine Mousseau, présidente du Comité Martiniquais du Tourisme
1
VOS COMMENTAIRES
  • DAMBRUN - 11.01.2018
    De bonnes idées !
    Mettre le rhum et les distilleries au cœur de la stratégie de communication est une bonne idée.
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION