PRATIQUE - MéTéO

Une saison cyclonique 2018 soutenue mais les Antilles préservées

franceantilles.fr 03.12.2018
Rédaction web

0RÉAGIR

Une saison cyclonique 2018 soutenue mais les Antilles préservées

Officiellement terminée depuis le 30 novembre, la saison cyclonique 2018 a finalement été plus active que prévue. Les Etats-Unis ont été touchés à plusieurs reprises alors que l'Arc Antillais n'a pas eu trop de dégâts.

L'activité cyclonique a été plus chargée que prévue. Les causes probables : un océan Atlantique plus chaud, un puissant flux de mousson ouest-africain et l'arrivée tardive dans la saison de l'épisode El Nino. La saison 2018 restera mémorable pour les Etats-Unis. L'Arc Antillais, contrairement à la saison précédente, n'a pas été frappé qu'à trois reprises. Son environnement très défavorable à l'intensification des cyclones a permis aux d'être très peu impactées.
Dès le mois de juillet, le premier ouragan de la saison Beryl a adopté une trajectoire l'approchant du centre de l'arc Antillais avant de s'affaiblir en onde tropicale aux portes de la Guadeloupe. La tempête tropicale Isaac, brièvement ouragan de catégorie 1 le 10 septembre, a traversé l’arc antillais entre la Martinique et la Guadeloupe le 13 septembre au stade de tempête tropicale. Il n’y a eu quasiment aucun impact sur les îles où les vents sont restés très modérés et les pluies en dessous des seuils de dangerosité.

La tempête Kirk
La tempête tropicale Kirk a traversé l'arc antillais le 27 septembre, générant des rafales autour de 100 km/h en Martinique (sur le sud, les mornes et la façade atlantique). En Guadeloupe, les vents sont restés plus raisonnables avec des rafales de l'ordre de 65 à 75 km/h. La Martinique a donc été assez épargnée par les pluies dans le sillage de Kirk. La Guadeloupe, Lmoins chanceuse, a été touchée par de très fortes précipitations. Il est tombé sur une grande partie de Basse-Terre entre 100 et 150 mm avec un pic de 173 mm aux environs de Petit-Bourg (La Providence) sur la route des Mamelles.
Après avoir abordé le nord de Sainte-Lucie, le centre de Kirk est brutalement et de manière inattendue, descendu vers le Sud-Ouest en mer des Caraïbes, entraînant derrière lui et vers le sud, les plus fortes pluies avec en mer des cumuls de l'ordre de 150 mm. Kirk est à l'origine d’inondations à Sainte-Lucie, Saint-Vincent et la Barbade.

Une saison plus active que prévu

La saison cyclonique 2018 a compté 15 cyclones tropicaux (7 tempêtes tropicales et 8 ouragans dont 2 ouragans majeurs). La moyenne est de 12 cyclones tropicaux (6 tempêtes tropicales, 6 ouragans dont 2 ou 3 atteignent le stade d'ouragans majeurs). Pour la quatrième année consécutive, l'activité cyclonique a commencé avant le début officiel de la saison fixé au 1er juin. La Tempête Tropicale Alberto s'est formée le 25 mai au voisinage de la presqu'île du Yucatan avant d’atterrir sur le Nord de la Floride.
À un moment de leur existence 7 des cyclones baptisés ont été classés au stade de tempête subtropicale (Alberto, Beryl, Debby, Ernesto, Joyce, Leslie et Oscar), ce qui constitue un record et efface le précédent record datant de 1969 (5 tempêtes subtropicales).
La saison cyclonique 2018 est par ailleurs, la première saison depuis 2008 avec 4 cyclones baptisés présents en même temps sur le bassin (Florence, Helene, Isaac et Joyce). Près de la moitié des cyclones tropicaux de saison ont été baptisés au mois de septembre.
Le mois d'octobre a été très actif avec 4 cyclones tropicaux. Trois d'entre eux ont atteint le stade d'ouragan. Michael a atteint le stade d'ouragan majeur en octobre, ce qui n'arrive en moyenne qu'une fois tous les 3 ans. L'ouragan Florence a provoqué des inondations catastrophiques aux Etats-Unis sur certaines côtes de Caroline du Nord et Caroline du Sud.

Michael, ouragan le plus intense
Michael est l'ouragan le plus intense (depuis le début des bases de données en 1850) à toucher la côte continentale très vulnérable du nord-ouest de la Floride. Il est également le 3ème en terme de minimum de pression la plus basse (derrière « Labor Day » en 1935 et Camille en 1969) à atterrir sur les côtes des États-Unis et le 4ème en terme de vent maximum (250 km/h). Pour finir l'ouragan Leslie est le 5ème ouragan à la durée de vie la plus longue (21 jours entre le 23 septembre et le 13 octobre) après Ginger (28 jours en 1971), Inga en 1969, Nadine en 2012 et Kyle en 2002. Il a terminé sa vie en atterrissant sur les côtes du Portugal, générant des rafales record à plus de 170 km/h, une mer déchaînée et de très fortes pluies.
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION