RéGIONS - CENTRE

FORT-DE-FRANCE - De l'esclavage à la liberté

France-Antilles Martinique 07.02.2018
J.BRUNELLE

1RÉAGIR

De l'esclavage à la liberté
Demain, dans toutes les paroisses, à la demande de l'archevêque, une messe sera célébrée. À la cathédrale Saint-Louis, elle aura lieu à 18 h 30 et sera animée par Bèlè Légliz. (W.T./France-Antilles)

C'est demain la fête de sainte Joséphine Bakhita, ancienne esclave soudanaise et première sainte du Soudan. Sa fête a été choisie comme date de la Journée de lutte contre le trafic des personnes, qui en est à sa troisième édition. Aujourd'hui, débute dans l'île, autour de cette journée, des événements et des prières pour une plus grande conscientisation et sensibilisation à la réalité de la traite des humains.

Deux temps forts sont à noter pour commencer cette célébration. Pour se faire l'écho de cette journée, pour répondre à la demande de l'évêque David Macaire qui souhaite commémorer les 17 0 ans de l'abolition de l'esclavage en Martinique, parce qu'il y a bien un autre baptême que celui du sang de l'esclave de Césaire.
Bèlè Légliz, forme particulière d'expression de la foi des chrétiens à laquelle on adhère comme on veut, propose, ce mercredi 7 février, à 18 h 30, à la cathédrale Saint-Louis de Fort-de-France, de faire vivre l'Eglise de Martinique dans « sa culture » , en libérant et en responsabilisant le Martiniquais vis-à-vis de lui-même et des autres. Une célébration intitulée : « Ansanm kont lèsplwatasyon moun » .
PRIYÉ BA YO
Demain, jeudi 8 février, une messe sera célébrée dans toutes les paroisses du diocèse. Selon les propositions du Pape, cette journée pourrait aussi être l'occasion d'une réflexion commune sur les causes historiques, les modalités et les conséquences de la traite.
Tout le monde est invité, dès le matin, à nouer un ruban rouge au poignet gauche. Le soir, faire couper par un tiers ce ruban au moyen d'une paire de ciseaux. Ce dernier geste contribuant ainsi à prier pour la libération d'un être humain enchaîné par toute forme d'esclavage. À la cathédrale de Fort-de-France une célébration de l'Eucharistie, présidée par l'archevêque David Macaire et animée par Bèlè Légliz, aura lieu à 18 h 30.
Au fil des jours, jusqu'au 22 mai, prières, chemins de croix, conférences, retraites aux flambeaux, célébrations de la Parole, eucharisties seront proposés.
En mémoire de Bakhita et de millions d'autres
En 2015, le pape François institue le 8 février comme Journée internationale de prière et de sensibilisation contre la traite des Hommes. Elle sera célébrée ce jeudi 8 février, avec pour thème « Migration sans trafic. Oui à la liberté! Non au chemin! » . Elle vise à inscrire cette tragédie dans la mémoire de tous les peuples. Cet événement est commémoré sous le sceau de Sainte Bakhita.
Sainte Joséphine Bakhita, c'est cette jeune fille rendue esclave en Afrique, exploitée, humiliée, et qui n'a pas perdu l'espérance. En gardant sa foi, elle finit par arriver comme migrante en Europe, elle sentit là l'appel du Seigneur et devint religieuse.
1
VOS COMMENTAIRES
  • véritas - 07.02.2018
    On aimerait que l'église de Martinique se préoccupe tout autant de la santé des martiniquais car son silence sur la question vitale des conséquences du chlordécone est choquant et pour tout dire insupportable.
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION