RéGIONS - CENTRE

FORT-DE-FRANCE - L'Espérance attire toujours autant de visiteurs

France-Antilles Martinique 11.05.2018
M. B

0RÉAGIR

L'Espérance attire toujours autant de visiteurs
L'espace braderie brocante a attiré des personnes en quête de bonnes affaires (Jean-Marc Etifier/France Antilles)

C'est une tradition. Chaque jeudi de l'Ascension, l'Espérance ouvre ses portes au public. L'occasion pour les visiteurs de découvrir la structure qui reste encore trop méconnue du grand public, et surtout de faire de bonnes affaires!

Comme chaque année, des milliers de personnes convergent vers Chateauboef, pour aller à l'Espérance. Certains ne manqueraient cette portes ouvertes pour rien au monde. « Une manière d'aider la structure, de faire une bonne action. J'achète deux ou trois petites choses pour aider » confie Axel, les bras chargés de petites choses. L'Espérance-Patronage Saint-Louis a longtemps souffert d'une mauvaise image, à cause de ses activités trop méconnues du grand public. Chez eux, pas de délinquants, mais des jeunes en difficulté, en décrochage scolaire, ou perturbateurs. Et aussi des enfants aux parcours classiques. L'établissement est maintenant ouvert aux filles. Près de 200 jeunes âgés de 6 à 21 ans fréquentent l'école primaire, collège, lycée professionnel, l'internat, l'établissement de réinsertion scolaire, La Maison d'éducation à caractère social.
L'Espérance, c'est aussi 9 hectares de nature, un plateau sportif rénové, une piscine, terrain de football, et aussi de la formation et de l'insertion!
Mais hier, ce qui intéressait le plus les visiteurs, était de faire de bonnes affaires. L'espace braderie brocante n'a pas désempli! Tout comme les stands de restauration. Le marché local a aussi eu un grand succès. Petits et grands ont pu profiter des nombreuses animations proposées comme les balades en petit train, à cheval, châteaux gonflables...
Une manière pour la structure de pouvoir récolter des fonds pour continuer de fonctionner.
Le petit train faisait découvrir aux visiteurs le foyer de l'Espérance. (Jean-Marc Etifier/France Antilles)
« Trois chorales. Trois continents. Un message commun »
Les trois chorales réunies pour une dernière photo de famille avant le départ aujourd'hui. (Jean-Marc Etifier/France Antilles)
Les chorales sur scène pour leur dernière prestation. (DR)
Les jeunes de « Demen Ta nou, avançons ensemble » ont terminé, hier, sur le podium de l'Espérance, leur tournée. 4 dates fortes et riches en émotion pour les jeunes de la chorale Cardinal Hyacinthe de Dakar (Sénégal), la chorale des jeunes accueillis dans les Maisons d'enfants de la Fondation d'Auteuil, dans l'hexagone, et les chorales de l'Espérance et de la Ruche. Les spectateurs ont eu droit, à un récital de 45 minutes autour de l'abolition de l'esclavage, avec en toile de fond, un message essentiel constitué « d'amour, de fraternité et de vivre-ensemble » .
Les jeunes sénégalais, et ceux de l'hexagone repartent aujourd'hui, la tête pleine de souvenirs, de moments forts.
ILS ONT DIT
Steven, de la chorale du Foyer de l'Espérance
(Jean-Marc Etifier/France Antilles)
Cela fait deux ans que je suis à la chorale. J'aime la musique de manière général. L'expérience était enrichissante et ça s'est vraiment bien passée. C'était quand même assez difficile d'apprendre les chants. Nous nous sommes rapprochés, avons découvert d'autres cultures. Cela prouve que l'on peut faire des choses ensemble, même si on n'a pas la même culture.
Rose-Marie, de la chorale Cardinal Hyacinthe de Dakar
(Jean-Marc Etifier/France Antilles)
Je ne connaissais pas la Martinique, et j'ai trouvé l'île très belle. J'ai trouvé l'expérience enrichissante. Elle a débuté en 2016 au Sénégal, et c'est vraiment très bien. J'aime beaucoup chanter. Je garde de très bons souvenirs..
Alyson, de la chorale de la Ruche
(Jean-Marc Etifier/France Antilles)
Je suis étudiante et lorsque l'on m'a parlé de ce projet, je n'étais pas tout de suite emballée à cause de mes cours. Mais lorsque j'ai commencé à entendre les répétitions, ça m'a donné envie et j'ai intégré le projet. C'est l'occasion de découvrir de nouvelles cultures, d'apprendre à parler wolof. On a créé des liens avec les jeunes du Sénégal. C'était vraiment une expérience enrichissante.
Benjamin, de la chorale des apprentis d'Auteuil (hexagone)
(Jean-Marc Etifier/France Antilles)
C'est la première fois que je fais un aussi long voyage. Cela fait deux ans que je fais partie des Bâtisseurs d'espérance. Ce projet m'a permis de gagner en confiance. J'avais une petite appréhension en venant ici. Mais j'ai appris à connaître les autres, à aller vers eux. Les répétitions étaient éprouvrantes physiquement et moralement, mais nous avions face à nous un public réceptif et ça m'a beaucoup ému.
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION