RéGIONS - CENTRE

FORT-DE-FRANCE - La voix des Amazones à Paris ?

France-Antilles Martinique 06.01.2018
Ch. J.

0RÉAGIR

La voix des Amazones à Paris ?
Vivement intéressée par l'expo-photos des Amazones, sur les femmes atteintes de cancer du sein, la ministre des Outre-mer va tenter de la faire venir à Paris. (Ch. J./France-Antilles)

Lors de son récent passage, la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, a rencontré les membres de l'association Amazones. L'occasion de faire une rétrospective de la campagne de prévention du cancer du sein et d'esquisser quelques perspectives.

Le ministère des Outre-mer a contribué au financement de l'opération Villa Woz qui a eu lieu en octobre dernier, dans le cadre de la lutte contre le cancer du sein. C'est donc tout naturellement qu'Annick Girardin, en déplacement en Martinique du 15 au 19 décembre dernier, a visité les Amazones, représentantes de l'association du même nom. L'objectif de cette rencontre était de rendre compte du travail effectué sur notre territoire en matière de sensibilisation et de prévention du cancer. Reconstitution de l'exposition photographique, témoignages, stand informatif ou encore diffusion d'une rétrospective de l'événement, l'association a proposé sa manière innovante d'aborder la question du cancer du sein.
La ministre a semblé non seulement réceptive mais surtout enthousiaste à l'idée d'exporter l'exposition dans l'Hexagone, au ministère de la Santé. « Si jamais on arrive à la faire venir (ndlr : l'exposition), parce que je n'en ai jamais vue ni au Sénat, ni à l'Assemblée nationale, elle sera là, à Paris ; peut-être que vous pourriez avoir un petit créneau et une salle au Sénat pour le faire » , a lancé Annick Girardin aux membres de l'association.
SOUTENIR LES ASSOCIATIONS
Avant que ne poursuive Ernestine Ronai, responsable de l'Observatoire des violences faites aux femmes. « Je suis sûre que Mme Billon, la présidente de la commission Droit des femmes, sera tout à fait d'accord » . La délégation abordait même la possibilité d'exporter l'exposition au CESE (Conseil économique, social et environnemental) dans la foulée. Un véritable coup de pouce et une visibilité importante pour Amazones. Selon la ministre, les questions d'accompagnement des malades ont été quelque peu oubliées en Outre-mer ; favoriser les associations localement est donc important. Un sentiment également partagé par la ville de Fort-de-France.
BIENTÔT UN COCON PERMANENT
En attendant l'étude de ce nouveau projet dans l'Hexagone et sa possible réalisation, la mise à disposition d'un lieu d'accueil permanent pour les femmes atteintes d'un cancer et leurs familles à la rue Jacques-Cazotte, est en pourparlers. Une maison de ville à rénover, voire un accueil transitoire, afin de répondre aux besoins de l'association pour les malades et recréer un cocon à l'image de la Villa Woz. Une solution devrait aboutir prochainement. L'initiative Amazones a donc des perspectives de devenir plus pérenne, et même avoir une plus grande portée. Ce qui représente une opportunité considérable d'améliorer les conditions de vie des malades, ici, en Martinique, mais aussi plus largement en Outre-mer.
Des Amazones posant fièrement avec leur illustre invitée. (Ch. J./France-Antilles)
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION