RéGIONS - CENTRE

LAMENTIN - Un diplôme qui permet de dépasser le handicap

France-Antilles Martinique 09.07.2018
C. Va.

0RÉAGIR

Un diplôme qui permet de dépasser le handicap
La fierté de Brice Rastocle, 32 ans, l'un des lauréats.

Douze travailleurs de l'Établissement de services et d'aide par le travail (ESAT) de Pelletier, en situation de handicap, ont reçu leur diplôme d'attestation de sécurité routière (ASR).

Une première en Martinique pour un programme confié à Marie-Bernadette Eliette, présidente de l'association Agir et Entreprendre. Pendant 2 ans, elle a accompagné les récipiendaires dans une action de pré-formation à l'attestation de sécurité routière (ASR), incluant un volet d'autonomie et de confiance en soi.
Si le mois de juillet signe le début des grandes vacances, il est aussi synonyme de la fin des examens. L'ESAT de Pelletier, au Lamentin, n'a pas dérogé à la règle puisqu'il a clôturé plus de deux années de formation par un succès unique en son genre.
En effet, douze apprenants se sont vu décerner l'attestation de sécurité routière, sésame précieux pour l'obtention du code de la route et à terme, du permis de conduire.
En route vers la réussite! Les diplômes ont été encadrés, pour la plus grande joie des lauréats.
« JE ME SUIS BATTU ET J'Y SUIS ARRIVÉ »
C'est un vrai moment de fierté et de reconnaissance qu'ont vécu ces pensionnaires de l'ESAT de Pelletier. Des femmes et des hommes présentant des handicaps divers ont souhaité donner un nouvel élan à leur vie en prenant la route de l'indépendance. En effet, pouvoir prochainement accéder au permis de conduire est l'étape que chacun d'entre eux envisage. Cette session de préparation à l'attestation de sécurité routière est incontournable à leur projet, car elle valide la partie théorique du brevet de sécurité routière (BSR). Examen en poche délivré par l'académie, la cérémonie, empreinte d'une émotion palpable, a été vécue par chacun comme une victoire sur leur propre peur et le regard que leur porte la société. « Je me suis battu et j'y suis arrivé. Je n'ai pas lâché l'affaire même s'il fallait me concentrer après sur le travail pour suivre les cours. Mme Eliette nous a vraiment épaulés. Toute l'équipe pédagogique de l'ESAT s'est mobilisée pour notre réussite et notre projet de vie se renforce grâce à cette réussite » , déclare Brice Rastocle, 32 ans, l'un des lauréats.
Plus de 130 travailleurs sont accompagnés sur un volet production et un volet médico-social par les deux établissements Adapei ESAT et ESAT hors murs de Pelletier, apportant ainsi des réponses à leur déficience et intégration. Véritable révolution dans le domaine de l'accompagnement des personnes en situation de handicap, ce diplôme, pensé depuis 20 ans, est la preuve qu'une session de formation élaborée sur mesure, abordée en tenant compte des singularités des individus, contribue à développer l'estime de soi.
Un encadrement de qualité a permis cette belle réussite.
UNE PREMIÈRE PROMOTION
« Tous, vous avez fait preuve de volonté, or ce n'est pas la première fois que vous avez tenté d'avoir ce diplôme. Vous êtes la première promotion et vous pouvez en être fiers » , a déclaré Miguel Daunar, le directeur de l'Adapei ESAT et ESAT hors mur de Pelletier. En effet, inscrite depuis 1998 au plan du projet associatif de l'Adapei, ce diplôme répond aux exigences de la loi n°2002-2 du 2 janvier 2002 rénovant l'action sociale et médico-sociale. Ce projet pédagogique initié par sa responsable référente, Sandra Cabrisseau, une éducatrice spécialisée de l'ESAT, a su démontrer sa capacité d'innovation, d'anticipation et l'expertise en montage de projets menés au plus près des préoccupations des usagers présentant une déficience.
ILS ONT DIT
Nicoletta Nubien, 27 ans, lauréate ASR : Je veux être indépendante et respectée
« Entre le travail et les cours, cela a été vraiment difficile. J'avais déjà assisté à des cours afin de me présenter à l'examen. Après avoir échoué avec un score de 31, j'étais découragée et j'ai vraiment eu envie d'abandonner. Lorsqu'on m'a présenté ce projet, j'ai compris que c'était ma chance. Je l'ai saisie avec détermination car j'ai des capacités comme tout le monde. C'est l'équipe pédagogique qui m'a remobilisée. Aujourd'hui je suis enfin diplômée et j'irai au code plus confiante, car je veux être indépendante et respectée. »
Miguel Daunar, directeur de l'Adapei ESAT : C'est la route vers l'autonomie
« L'expérience nous a montré que des travailleurs de l'ESAT avait passé plus de sept fois le code en circuit traditionnel. Chaque échec les a cassés moralement. Notre victoire, c'est le sourire de chacun et leur confiance retrouvée. Le PAG (plan associatif global) a acté cette formation au précode tandis que la psychologue a mené en parallèle l'action d'estime de soi. Ces deux ans d'apprentissage pour un simple coût de 2 000 euros annuel ne sont pas vains. C'est la route vers l'autonomie. »
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION