UNE

La revue de presse des journaux de la région - Les employés des élections attendent toujours leur salaire

France-Antilles Martinique 20.04.2017

0RÉAGIR

Les employés des élections attendent toujours leur salaire
Certains des employés sont pour la plupart étudiants à l'université.

Le directeur exécutif du CEP donne la garantie que les salaires seront débloqués avant la fin du mois d'avril pour tout le personnel vacataire.

POLITIQUE. Loop Haïti
Presque trois mois après l'organisation des dernières élections, les élus sont entrés en fonction, mais le Conseil électoral provisoire (CEP) a manqué à l'un de ses devoirs : payer aux personnels leurs salaires.
En Haïti, les opérations électorales reposent en grande partie sur le dos de cette catégorie d'employés contractuels regroupant superviseurs, membres de bureau de vote (MBV) agents de sécurité électoral (ASE) et autres.
L'un d'eux, Robert, jouant le rôle de secrétaire d'un bureau, et qui avait pour tâche de s'assurer de la disponibilité de tous les matériels nécessaires à l'opération du vote, de recevoir les électeurs, entre autres, se plaint de n'avoir rien reçu du CEP plusieurs mois après les élections.
« Dans les bureaux de vote, les électeurs et les mandataires nous mettent la pression. Il arrive parfois que des personnels quittent le bureau à 22 heures. Il faut composer avec tout cela » , explique Paul qui a fait office de vice-président d'un bureau dans une section communale. Il est submergé par la colère et la frustration. « Imaginez maintenant qu'un sénateur reçoit un million de gourdes comme subvention pour Pâques, alors qu'on n'arrive toujours pas à nous payer les 2 500 gourdes qui nous sont dues. »
DES PAIEMENTS AU COURS DE CE MOIS
« C'est de coutume que le CEP accumule du retard - un mois, un mois et demi - sur la date de paiement des personnels qui ont travaillé aux élections. Mais trois mois de retard est tout simplement insoutenable » , déplore Paul. Le jeune homme de 25 ans ne compte pas rester dans l'inaction. « J'ai contacté quelque membres pour mettre sur pied un mouvement pour contraindre le CEP à nous payer notre salaire. Nous sommes pour la plupart étudiants à l'université, cet argent peut nous servir au moins pour payer le transport. »
Pourtant, le directeur exécutif du CEP s'appuie sur des raisons « administratives » pour répondre aux complaintes des employés et justifier ce retard.
Uder Antoine explique qu'« il y avait beaucoup d'étapes administratives à franchir. Vous savez que nous ne pouvons pas faire le paiement de n'importe quelle manière. Il faut le faire avec la documentation appropriée. » Une lourde machine assez compliquée qui doit être mise en place pour effectuer les payes. « Si on ne prend pas le temps de bien vérifier les informations qui viennent du terrain, nous risquons de payer des gens qui n'ont pas travaillé » , avertit-il.
Toutes les étapes préliminaires ayant donc été franchies, Uder Antoine donne la garantie que le paiement des salaires se fera au cours du mois d'avril. « Avant le 27 avril » , pour être précis.
Par ailleurs, le paiement des quelque 49 000 membres du personnel vacataire - sans compter les formateurs et opérateurs de saisie - se fera par cash pour les membres du bureau de vote, par chèque pour les superviseurs. « Nous avons trouvé une entente avec une banque qui met à notre disposition toute sa structure. Nous mettons des points de paiement sur tout le territoire national, dans les coins les plus reculés pour éviter aux personnels de faire des longs trajets » , précise Uder Antoine.
Pour l'heure, le CEP attend de recevoir une balance de 3,5 millions de dollars du ministère de l'Économie et des Finances. À rappeler que le budget des opérations électorales était chiffré à 55 millions de dollars. Le directeur exécutif du CEP annonce au passage que les résultats définitifs des élections locales seront publiés dans le courant de cette semaine. Après quoi, devraient se dérouler des élections indirectes pour mettre en place les assemblées municipales, départementales. Avec toutes les tâches qu'il reste à accomplir, il est opportun de présager que le mandat du CEP n'est pas prêt de s'achever.
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION